Sous le vernis double couche + top coat des "desperate housewives" de Wisteria Lane, la réalité est autrement plus écaillée. Le thème qui fait la gloire de cette série déclinée depuis huit saisons s'est aussi invité sur le plateau de tournage. Depuis fin février, l'actrice Nicollette Sheridan, feue la garce Edie Britt, et le créateur-producteur de la série, Marc Cherry, se livrent en effet une guerre sans merci, à la barre du tribunal de Los Angeles.

La comédienne, remerciée au début de la sixième saison (souvenez-vous de la mort de son personnage), accuse son ancien producteur de rupture abusive de contrat. L'affaire fait le bonheur des journaux people. Elle révèle l'envers des séries télé américaines souvent menacées par une ambiance tournant au vinaigre. Pour quelles raisons ? Réponse en six points.  

• Parce qu'on en vient aux mains

Rien de tel qu'une bonne gifle pour mettre l'ambiance à plat. Et c'est aussi ce que Nicollette Sheridan reproche à Marc Cherry. Outre la rupture de contrat, l'actrice accuse le producteur de l'avoir frappée à la tête alors qu'elle se plaignait de voir certains de ses dialogues supprimés.

"C'était une belle beigne, derrière la tête. (...) C'était choquant, humiliant et surtout je ne comprenais pas pourquoi mon boss me frappait", raconte Nicollette Sheridan, citée par le Daily Beast.com (lien en anglais). De quoi envenimer les relations, et pas seulement entre les deux intéressés. Selon le Daily Mail (lien en anglais), Eva Longoria et Felicity Huffman, deux autres stars de la saga, ont été "soulagées" du départ de leur collègue et de la mort d'Edie Britt. Et aujourd'hui, elles sont appelées à témoigner contre elle.  

• Parce qu'on se la joue diva

En 2010, les producteurs de "Gossip Girl" ont eu des sueurs froides : Blake Lively leur a demandé de tuer l'héroïne blonde qu'elle incarne, Serena, afin de pouvoir quitter la série. "Elle en a assez (...) des disputes sur le tournage. Presque tous les acteurs se brouillent entre eux", explique une source anonyme citée par le quotidien anglais Metro (lien en anglais). L'amour de son partenaire Penn Badgley la fait finalement rester. Mais les crêpages de chignon se poursuivent. Selon le site américain Gossip Cop.com (lien en anglais), Blake Lively, Leighton Meester (Blair) et Taylor Momsen (Jenny) se font "la guerre"... à propos de leurs garde-robes !

Ce n'est pas mieux sur le tournage de la série musicale à succès "Glee". En 2010, l'actrice Lea Michele (Rachel Berry) insupporte ses camarades avec ses airs de diva. "Elle agit comme si elle était meilleure que tout le monde", écrit le magazine US Weekly (lien en anglais). La brunette a même fait pleurer une actrice fan d'elle en refusant de lui signer un autographe, rapportent PopEater et Madmoizelle.com. Sympa...

• Parce qu'après l'amour, la haine

Pire que les disputes de chiffonniers : les ruptures amoureuses. Entre partenaires. Pour Dexter, cela a bien failli ruiner la série. Car Michael C. Hall et Jennifer Carpenter - les deux acteurs principaux - n'ont rien trouvé de mieux que de s'amouracher et vivre ensemble deux ans... avant de divorcer en décembre 2010. "Il semble que Jennifer n'a pas pardonné à Michael, et elle ne lui rend pas la vie facile sur le plateau", écrit en août dernier le site Celeb Dirty Laundry (lien en anglais). Depuis, les acteurs ont trouvé un arrangement : ils se sont remis ensemble. Les producteurs les en remercient. 

• Parce qu'on a un sérieux problème avec les homosexuels

Le problème est récurrent chez "Grey's Anatomy", dont de nombreux acteurs sont partis après des polémiques sur le sujet. Dès la fin de la 3e saison, la série perd Isaiah Washington alias le charismatique Dr Burke. La raison ? L'acteur a traité de "pédé" son collègue homosexuel T. R. Knight, George dans la série, raconte Têtu.com. En 2008, nouvelle affaire : Brooke Smith, aka Erica Hahn, quitte la série médicale. Les commentateurs estiment que la chaîne a éjecté Erica en raison de l'attitude "trop gay" du personnage, écrivent Voici.fr et le Guardian.co.uk (en anglais). La créatrice de la série, Shonda Rhimes, a beau démentir, cette version est celle qui perdure. 

• Parce qu'on se drogue

Mieux vaut se comporter sagement pour éviter de se faire virer comme un malpropre. Charlie Sheen n'a pas appris sa leçon. En 2011, son départ de la sitcom "Two And a Half Men ("Mon Oncle Charlie") fait la une des journaux. La Warner Bros estime sa "décision mûrement réfléchie" et invoque une clause de "turpitude morale" dans la lettre de licenciement publiée sur le site américain TMZ (en anglais). Il faut dire que l'acteur cumule les frasques : addiction à la cocaïne, nombreuses désintoxications et soirées avec des stars du porno ont achevé de convaincre les producteurs et la chaîne. 

• Parce qu'on parle d'argent, pardi !

Sentimentaux, bagarreurs ou colériques, les acteurs sont aussi très attachés à leur fiche de paie. Les "Simpsons" ont bien failli disparaître de vos écrans, fin 2011, pour cause de guerre autour des salaires. La Fox a demandé aux voix de Bart, Marge et les autres d'accepter une réduction de 45% de leur salaire. Le but : assurer la viabilité de la sitcom, explique le Daily Beast (lien en anglais). Les négociations ont été longues, les fans ont retenu leur souffle mais les comédiens ont finalement cédé et perdu 30% de leur salaire, indique Ozap.com. De quoi sauver la série aux 500 épisodes pour deux nouvelles saisons. D'oh !