A Paris, Michel et Aline, ses parents, ont retrouvé le sourire. Après un mois de captivité, le journaliste français Roméo Langlois, libéré mercredi 30 mai par la guérilla des Farc dans le sud de la Colombie, devrait bientôt rentrer en France, peut-être dès jeudi, pour y retrouver sa famille.

Remis par la rébellion marxiste dans le village de San Isidro, dans le département du Caqueta où il a été capturé le 28 avril lors d'un reportage avec l'armée, le correspondant de la chaîne France 24 est reparti à bord d'une caravane du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), venue le chercher.

Michel Langlois, le père de l'ex-otage, revient sur ces semaines d'attente et d'inquiétude : "On ne savait pas d'abord s'il était vivant, on ne savait pas s'il était malade dans un fourré, on ne savait pas s'il était vraiment entre leurs mains." Aline Langlois, la mère du jeune homme, a quant à elle retrouvé le sourire et commente les premières images de son fils libéré : "Je crois que les Farc nourrissent bien leurs otages. Ça va, il a l'air de bien aller."

Le journaliste français Roméo Langlois est arrivé le 30 mai 2012 dans un village du sud de la Colombie situé dans la forêt du département de Caqueta, après sa libération par la guerilla des Farc.
Le journaliste français Roméo Langlois est arrivé le 30 mai 2012 dans un village du sud de la Colombie situé dans la forêt du département de Caqueta, après sa libération par la guerilla des Farc. (LUIS ACOSTA / AFP)