Les Farc annoncent la libération prochaine du journaliste français Roméo Langlois

Dans un communiqué  les Farc annoncent la libération mercredi prochain du journaliste détenu depuis un mois.

Le journaliste Roméo Langlois, correspondant de France 24 en Colombie, ici en juin 2011.
Le journaliste Roméo Langlois, correspondant de France 24 en Colombie, ici en juin 2011. (WOOW / FRANCE 24)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans un communiqué transmis dimanche à l'AFP, les Farc, guerilla marxiste colombienne, ont annoncé qu'elles libèreraient mercredi 30 mai le journaliste français Roméo Langlois.

La disparition du correspondant de la chaîne de télévision France 24 remonte au 28 avril, quand une brigade militaire qu'il accompagnait pour filmer le démantèlement d'un laboratoire de drogue avait été attaquée. 

Principal groupe rebelle de ce pays en proie à un conflit depuis un demi-siècle, les Forces armées révolutionnaires de Colombie avaient qualifié le journaliste de "prisonnier de guerre" réclamant un débat sur le rôle des médias. Des déclarations qui avaient ravivées le souvenir de l'ancienne otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, séquestrée entre 2002 et 2008.

"Attirer au maximum l'attention"

Le dénoument semble donc proche, même si sur place, le Comité international de la Croix-Rouge , auquel les Farc ont remis une trentaine d'otages en quatre ans, s'est toujours montré optimiste déclarant attendre le signal des FARC pour partir chercher le journaliste

Reste que les objectif des FARC sont bien difficiles à déchiffrer. Pour Roman Ortiz, un spécialiste de la guérilla intérrogé par l'AFP, cet enlévement n'avait d'autre intérêt pour eux que de leur permettre "de retrouver une place sur la scène internationale".  Depuis la libération de Mme Betancourt, les Farc "avaient disparu de la scène à l'étranger" et il s'agissait pour eux "d'attirer au maximum l'attention, notamment en Europe et en France".