Rudy Eugene, à gauche, et le SDF qu'il a attaqué, Ronald Poppo.
Rudy Eugene, à gauche, et le SDF qu'il a attaqué, Ronald Poppo. (AP / SIPA)

"Le monde qualifie Rudy Eugene, qui a rongé le visage d'un SDF, de cannibale mais une autopsie montre qu'il n'avait pas de chair humaine dans l'estomac", écrit le Miami Herald, dans son édition de vendredi 8 juin. Le 26 mai, un policier avait abattu Rudy Eugene, 31 ans, qui s'attaquait nu et à pleines dents à un homme, ce qui lui a valu le surnom de "Miami zombie". De nombreux morceaux de chair avaient été retrouvés sur les lieux.

L'usage d'une drogue de synthèse récente appelée "bath salts" (sels de bains) a été évoquée à plusieurs reprises comme ayant pu être un élément déclencheur de l'attaque. Or, toujours selon le Miami Herald qui s'appuie sur le témoignage d'une source judiciaire, un examen du corps a permis de déterminer que l'agresseur avait plusieurs "pillules non digérées dans son estomac, mais les enquêteurs ne les ont pas encore identifiées". Selon le journal, il faudra des semaines pour réaliser les tests toxicologiques et peut-être plus d'un an avant que les résultats complets de l'autopsie ne soient connus.