Entraîné à son tour dans la tourmente, Peter Madoff va plaider coupable vendredi 29 juin à New York pour son implication dans l'escroquerie de son frère, la plus grande arnaque jamais réalisée à Wall Street, et pour laquelle Bernard Madoff a été condamné à 150 ans de prison en 2009.

Le frère est accusé d'avoir fait de fausses déclarations, falsifié des documents et entravé le travail de l'IRS, le service des impôts américains, à l'époque où il travaillait pour la société d'investissement de Bernard Madoff. Le procureur de Manhattan précise que Peter Madoff a accepté un accord l'envoyant pour dix ans derrière les barreaux. Il aurait également accepté la confiscation de tous ses biens, à hauteur de plusieurs milliards de dollars.

Quatre ans après la chute du patriarche en 2008, l'escroquerie de 65 milliards de dollars continue d'enfoncer les Madoff. Menaces, drames familiaux, pressions judiciaires : le sort s'acharne sur cette famille marquée au fer rouge par l'arnaque et ses milliers de victimes.

• Le fils aîné, retrouvé pendu chez lui 

En 2010, deux ans jour pour jour après l'arrestation de Bernard Madoff, son fils aîné, Mark, est retrouvé mort dans son appartement de Manhattan. Il s'est pendu, ne supportant plus la pression judiciaire, les menaces et la haine à l'égard de sa famille. A l'époque, son avocat avait réagi dans le Wall Street Journal : "C'est une tragédie terrible et inutile. Mark est une victime innocente des crimes monstrueux de son père, il a succombé après deux ans d'implacables pressions et de fausses accusations. Nous sommes profondément attristés par la tournure choquante des événements." 

• L'épouse : "J'espère un jour pouvoir redresser la tête"

La femme du patriarche, Ruth Madoff, avait déjà témoigné du calvaire de sa famille. En 2009, sur la chaîne américaine CBS, elle racontait : "Nous recevions des appels téléphoniques terribles. Des courriels remplis de haine, au-delà de l'imaginable, et j'ai dit : je ne peux tout simplement plus continuer." C'était au tout début de l'affaire, Bernard Madoff était en liberté surveillée dans leur appartement luxueux de Manhattan. A cette époque, ils ont essayé de se suicider, raconte-t-elle dans le même entretien : "Je ne sais plus de qui était l'idée, mais nous avions décidé de nous suicider parce que ce qui était en train de se passer était vraiment horrible."

Aujourd'hui, délestée de sa fortune saisie par la justice, elle doute de jamais pouvoir mettre fin à l'hostilité envers sa famille et espère simplement, a-t-elle confié au New York Times"pouvoir marcher dans la rue et redresser un peu la tête".

• Le fils cadet : "Mon père a détruit toute notre famille"

En décembre 2011, dans l'émission télévisée américaine "60 Minutes", Andrew Madoff, l'autre fils, évoque le suicide de son frère : "Mon père a détruit toute notre famille. Je ne lui pardonnerai jamais. (…) Les dommages qu’il a causés à des milliers de personnes sont impardonnables, il a détruit tellement de vies." 

Quelque temps avant, dans un entretien diffusé sur la chaîne américaine ABC, Bernard Madoff avait déclaré : "Je comprends pourquoi les clients me haïssent. Les bonnes affaires se sont terminées. Je peux vivre avec ça. Mais ne pas voir ma famille et savoir qu'ils me haïssent est ce qu'il y a de pire à vivre."