Le FBI peut déclencher votre webcam sans que vous le sachiez

Pour lutter contre le terrorisme, les policiers fédéraux américains n'hésitent pas à employer des logiciels malfaisants.

Une webcam fixée sur un ordinateur de bureau, à Londres (Royaume-Uni), le 1er juin 2011.
Une webcam fixée sur un ordinateur de bureau, à Londres (Royaume-Uni), le 1er juin 2011. (MAGAN CRANE / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après avoir lu cet article, vous collerez peut-être un petit morceau de papier sur votre webcam. Car le FBI et son équipe de hackers peuvent déclencher à distance les caméras intégrées aux ordinateurs, sans vous demander l'autorisation et "sans même allumer le petit voyant qui indique l'état de marche". Le Washington Post (en anglais) raconte la procédure, samedi 7 décembre.

"Effrayant. Dément. Intrusif. Ridicule." Le site d'informations high-tech Gizmodo (en anglais), ne manque pas d'adjectifs pour qualifier cette pratique. La méthode est "principalement utilisée dans la lutte contre le terrorisme et dans les enquêtes criminelles les plus graves", assure un ancien responsable de la division des opérations technologiques du FBI, au Washington Post. Elle s'ajoute à tout un arsenal de techniques, mises au point par une équipe de hackers d'élite, pour suivre les déplacements de personnes suspectées de planifier des attentats.

Dans certains cas, la justice américaine interdit toutefois au FBI d'utiliser cette technologie jugée "extrêmement intrusive" et qui risque de "capturer accidentellement des informations sur des personnes qui ne sont suspectées d'aucun crimes", précise le Washington Post. Par ailleurs, le déclenchement d'une webcam, à distance et sans autorisation, pourrait constituer une infraction au quatrième amendement de la constitution américaine, qui protège les citoyens contre les perquisitions et saisies non motivées et requiert un mandat et une justification pour toute perquisition.