La vente aux enchères du "Cri" de Munch, le 2 mai 2012. L'œuvre a été vendue chez Sotheby's à New York (Etats-Unis) 119,92 millions de dollars, soit 91,22 millions d'euros.
La vente aux enchères du "Cri" de Munch, le 2 mai 2012. L'œuvre a été vendue chez Sotheby's à New York (Etats-Unis) 119,92 millions de dollars, soit 91,22 millions d'euros. (MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

119,92 millions de dollars, soit 91,22 millions d'euros : le Cri du peintre norvégien Edvard Munch est devenue mercredi 2 mai l'œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères. Le pastel réalisé en 1895 et représentant un homme criant, les mains sur les oreilles, sur fond de ciel ensanglanté à Oslo, était la seule des quatre versions du Cri encore détenue par un particulier. Elle a été adjugée mercredi soir chez Sotheby's à New York (Etats-Unis).

La vente dans la salle comble de Sotheby's n'a duré que 12 minutes. Sept acheteurs se sont âprement disputés cette œuvre phare, estimée à 80 millions de dollars. La vente s'est terminée sous des applaudissements nourris.

Le record de vente aux enchères largement battu

Seules huit œuvres avaient auparavant dépassé 80 millions de dollars (60 millions d'euros) lors d'une vente aux enchères. Le record mondial était jusqu'à présent détenu par un Picasso, Nu au plateau de sculpteur, vendu 106,4 millions de dollars (80,95 millions d'euros) en mai 2010 chez Christie's à New York.

Entre 1893 et 1910, Munch, peintre expressionniste (1863-1944) avait réalisé quatre versions de ce tableau devenu au fil des ans le symbole de l'angoisse universelle. Celle que la maison Sotheby's a mis aux enchères appartenait depuis 70 ans à la famille de l'homme d'affaires norvégien Petter Olsen. Elle avait la particularité d'inclure, inscrit en lettres rouges sur son cadre de bois clair, le poème ayant inspiré cette œuvre parmi les plus connues au monde. Avec les revenus de la vente, Petter Olsen a prévu de construire un nouveau musée dédié à l'artiste en Norvège.