Le Brésil officialise son premier "ménage à trois"

Une notaire de l'Etat de São Paulo a célébré le mariage civil d'un homme et deux femmes.

Claudia do Nascimento Domingues, une notaire brésilienne, a uni un homme et deux femmes à Tupa, dans l'Etat brésilien de São Paulo.
Claudia do Nascimento Domingues, une notaire brésilienne, a uni un homme et deux femmes à Tupa, dans l'Etat brésilien de São Paulo. (JAMES MARTIN / GETTY IMAGES)

Mis à jour le , publié le

BRESIL - Un an après le premier mariage civil entre deux homosexuels, le Brésil a célébré la première union entre trois personnes. Claudia do Nascimento Domingues, notaire de Tupa, à 430 km de São Paulo, a uni un homme et deux femmes il y a trois mois, mais elle n'a été rendue publique que fin août, indique la BBC (article en anglais)"Ma fonction n'est pas de juger si cette situation est correcte ou pas", a-t-elle déclaré à l'AFP, précisant que rien dans la loi brésilienne n'interdisait une telle union. "C'est quelque chose de nouveau, mais je ne l'aurais pas fait si la loi l'interdisait explicitement."

Elle s'est néanmoins interrogée sur la valeur juridique de ce mariage : "Ils ont maintenant un document qui prouve qu'ils vivent comme une famille, pour lutter pour leurs droits, demander des assurances, etc. Mais je ne sais pas comment les juges brésiliens vont traiter la question", a-t-elle précisé

Sans surprise, l'initiative de la notaire brésilienne a suscité la colère de groupes religieux dans un des pays les plus catholiques au monde.

Que dit le droit brésilien ?

Interrogé par l'AFP, Nelson Sussumu, de l'Ordre des avocats de São Paulo et spécialiste en droit de la famille, a expliqué qu'il s'agissait d'une "union patrimoniale" et pas d'une union civile à caractère juridique. En cas de litige, de séparation ou de décès, le document délivré au "ménage à trois" pourrait être reconnu pour l'héritage par exemple, dit-il."Ils ont fait ce contrat, il n'y a rien d'illégal à cela", a souligné l'avocat.

Une autre avocate, Regina Beatriz Tavares da Silva, ne partage pas cet avis et explique à la BBC (article en anglais) que cette union est "absurde et totalement illégale". Pour elle, c'est "quelque chose de complètement inacceptable qui va à l'encontre des valeurs brésiliennes et de la morale". La question de la valeur réelle de cette union devrait donc diviser la justice brésilienne au cours des prochaines semaines.