Vague de froid aux Etats-Unis : le vortex polaire, c'est quoi ?

Avec des températures atteignant jusqu'à -37 °C (et -53 °C ressentis) par endroits, les Etats-Unis grelottent depuis plusieurs jours. En cause, le déplacement de masses d'air situées habituellement sur l'Arctique.

La ville de Chicago et les rives du lac Michigan recouvertes par la glace, le 7 janvier 2014.
La ville de Chicago et les rives du lac Michigan recouvertes par la glace, le 7 janvier 2014. (BRIAN KERSEY/NEWSCOM/SIPA / SIPA USA)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Américains s'emmitouflent depuis maintenant une semaine pour tenter de résister au froid polaire. Le nord, le centre et l'est du pays sont confrontés à une intense vague de froid : le thermomètre a plongé par endroits jusqu'à -37 °C mardi 7 janvier.

Le responsable de ces températures a un nom : le vortex polaire. 

De quoi s'agit-il ?

Le phénomène n'a rien de nouveau. Le vortex polaire est "une sorte de grand tourbillon au-dessus de l'Arctique", explique David Salas Y Mélia, chercheur climatologue à Météo France, interrogé par francetv info. "Il est situé assez haut en altitude, à partir de 5 km au-dessus du sol, jusque dans la stratosphère, entre 15 et 50 km."

En temps normal, le vortex polaire tourne à vitesse rapide et maintient l'air froid au dessus de l'Arctique, protégeant les latitudes plus basses.

Que se passe-t-il en ce moment ?

Ces derniers jours, le vortex polaire a pris la forme d'un méandre. "Quand il se déforme, qu'il se ralentit, l'air froid emprisonné au-dessus de l'Arctique a tendance à descendre plus au Sud", précise David Salas Y Mélia.

Les masses d'air froides ont pu se diriger vers les Etats-Unis, provoquant la chute des températures. Le relief du pays n'a rien arrangé à la situation : aucune montagne à l'horizon pour les arrêter, les grandes plaines du centre leur offrent un boulevard.

Une telle vague de froid est-elle fréquente ?

C'est du jamais vu par endroits : au moins 49 villes ont battu un record de froid pour un 7 janvier, dont Philadelphie (-15,5 °C) ou Baltimore (- 16,1 °C). Mais le Midwest a été le plus affecté : ainsi, -37 °C ont été enregistrés à Embarrass, dans le Minnesota, le record de mardi pour tous les Etats-Unis.

"C'est un événement météorologique remarquable, mais pas historique", tempère David Salas Y Mélia. "Quelques records ont été battus, mais de manière très ponctuelle. Pour que cela soit vraiment historique, il faudrait des records sur des régions plus larges." Le plus célèbre précédent remonte à 1985, note le spécialiste : un record de -56 °C avait par exemple été enregistré en Utah, rappelle USA Today.

La spécificité de cette vague de froid "réside davantage dans son intensité" juge le climatologue Christophe Cassou, interrogé par Le Monde.fr. Le chercheur au CNRS pointe les forts vents qui font en ce moment baisser la fameuse température ressentie par les habitants : elle a pu descendre jusqu'à -53 °C, même si le thermomètre, lui, n'a pas affiché de record scientifique.

La France peut-elle être touchée ?

L'Hexagone est relativement épargné par le vortex polaire. "On a la chance d'avoir un océan entre l'Arctique et nous, résume David Salas Y Mélia. Au lieu de passer par des plaines comme aux Etats-Unis, l'air qui descend de l'Arctique passe au-dessus de cet océan relativement adouci." Les masses d'air venues de l'Arctique sont donc beaucoup moins froides lorsqu'elles arrivent en Europe occidentale. 

Il faut plutôt regarder vers le Nord-Est et se méfier de la Russie. "Les vagues de froid en France ont plus souvent lieu lorsqu'on a un anticyclone très puissant sur la Sibérie qui nous envoie des masses d'air froid provenant de la Russie." Rien de comparable. A priori donc, pas la peine de sortir votre panoplie d'esquimau.