Canada : une fusillade dans un lycée fait quatre morts

Le tueur présumé, un jeune "de moins de 21 ans", a été interpellé.

Photo non datée du lycée de La Loche (Canada).
Photo non datée du lycée de La Loche (Canada). (REUTERS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est la pire fusillade en milieu scolaire depuis 26 ans au Canada. Un lycéen a ouvert le feu, vendredi 22 janvier, dans son établissement, faisant quatre morts et des blessés. "C'est le pire cauchemar de tous les parents", a réagi le Premier ministre Justin Trudeau depuis Davos (Suisse) où il participe au Forum économique mondial.

Une bourgade très isolée

Il était environ 13h00 dans la bourgade de La Loche (20 heures en France), dans le nord de la province de Saskatchewan (dans le centre du Canada), quand des coups de feu ont retenti dans le lycée de cette collectivité amérindienne. "Un homme déchargeait son arme" dans l'établissement, a confirmé la police. Plusieurs témoins ont dit avoir vu un adolescent ouvrir le feu, armé d'une carabine.

"J'ai couru à l'extérieur de l'école. Il y avait beaucoup de cris, il y a eu six ou sept coups de feu avant que j'arrive à sortir", a déclaré aux télévisions un élève de seconde, Noël Desjarlais. 

Située dans la forêt boréale, à 800 km au nord de la capitale provinciale Regina, cette bourgade est particulièrement isolée et les autorités ont dû acheminer des renforts policiers et dépêcher un hélicoptère médicalisé. Les 3 000 habitants de La Loche sont en grande majorité des autochtones du peuple Chipewyans qui vivent à la lisière de l'Arctique.

Le tueur présumé interpellé

Initialement, Justin Trudeau avait fait état d'un bilan de cinq morts et de deux blessés graves, avant que la police fédérale le revoie à la baisse en évoquant quatre décès et "un certain nombre de blessés"L'âge et l'identité des victimes n'ont pas été précisés par la GRC mais le maire Kevin Janvier a parlé "d'élèves et d'employés" du lycée.

Outre l'école, la police a indiqué étendre son enquête à une résidence voisine, laissant penser que des victimes ou le suspect pouvaient être liés à ce logement. La commissaire de la Gendarmerie royale du Canada en Saskatchewan, Maureen Levy a expliqué que quarante-cinq minutes après les coups de feu à l'école, "un homme" avait été interpellé et son arme saisie. Kevin Janvier, maire de la commune, a déclaré vendredi soir sur la chaîne CTV News que le tueur présumé "était un jeune de moins de 21 ans" qui fréquentait le lycée de La Loche.