Cinq choses à savoir sur le très mystérieux inventeur du bitcoin

Depuis plusieurs années, son identité fait l'objet de nombreuses spéculations : "Newsweek" a retrouvé Satoshi Nakamoto, le créateur archi-secret de la monnaie virtuelle.

Lancé en 2009, le bitcoin peut être échangé en ligne contre de l\'argent réel ou utilisé pour acheter des biens et services sur internet.
Lancé en 2009, le bitcoin peut être échangé en ligne contre de l'argent réel ou utilisé pour acheter des biens et services sur internet. (JENS KALAENE / PICTURE ALLIANCE / AFP)
avatar
franceinfofranceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Tempête sur le monde des monnaies virtuelles. Alors que deux plateformes d'échange de bitcoins, victimes de piratages, ont mis la clé sous la porte et que la dirigeante d'une troisième a été retrouvée morte à Singapour, le magazine américain Newsweek (article payant, en anglais) a mis la main sur le mystérieux inventeur de la monnaie. 

Depuis plusieurs années, son identité fait l'objet de nombreuses spéculations. Dans son article publié jeudi 6 mars, le magazine dresse le portrait de l'homme qui se cache derrière le mythe : archi-secret et un brin original. Voici les 5 révélations les plus étonnantes sur Satoshi Nakamoto. 

Il utilisait son vrai nom comme pseudonyme

Ceux qui se sont penchés sur l'identité de Satoshi Nakamoto ont exploré diverses théories. Un pseudonyme ? Le nom d'un collectif ? Aussi curieux que cela puisse paraître a posteriori, personne n'avait songé à fouiller dans les registres des administrations américaines afin de savoir si l'un des porteurs de ce nom pouvait être l'inventeur de la monnaie virtuelle. Newsweek a donc révélé que le pseudonyme Satoshi Nakamoto n'était autre que son vrai nom. 

Né en 1949 au Japon avant d'émigrer aux Etats-Unis à l'âge de 10 ans, il avait cependant opté pour le nom Dorian Prentice Satoshi Nakamoto en 1973.

Il ne reconnaît qu'implicitement être l'inventeur du bitcoin

Cet homme rencontré par Newsweek n'a qu'implicitement reconnu avoir créé le bitcoin en 2009. "Je ne suis plus impliqué dans cette histoire et je ne peux pas en discuter. C'est dans les mains d'autres personnes, ce sont elles qui en sont chargées maintenant", a simplement déclaré Dorian Satoshi Nakamoto au magazine. 

Selon l'une de ses six enfants, Ilene Mitchell, il n'est pas étonnant que Nakamoto nie. "Je ne le vois vraiment pas répondre honnêtement là-dessus, a-t-elle déclaré à Newsweek. N'importe quelle personne normale ne parlerait que de ça. Mais il n'est pas tout à fait une personne normale."

Il l'a d'ailleurs caché à sa famille

Personne dans son entourage n'est capable de confirmer que Nakamoto est bien l'inventeur du bitcoin. Son fils aîné, Eric, a indiqué à Newsweek que son père avait déjà nié. Sa femme, dont il est séparé depuis plusieurs années, a assuré ne pas avoir été capable d'obtenir des informations à ce sujet, tandis que ses frères, Tokuo et Arthur, indiquent qu'il ne confirmera jamais.

Pourquoi ces précautions ? "S'il vous parle, il pense qu'il aura des ennuis", a expliqué un policier officier à la journaliste de l'hebdomadaire. L'officier avait été contacté par Nakamoto pour signaler la présence de la reporter devant son domicile.

Il pèse 400 millions de dollars mais vit modestement 

Selon les estimations de Newsweek, Nakamoto détiendrait ou aurait détenu pour 400 millions de dollars en bitcoins. "Ce qu'il a prévu de faire avec reste le plus grand mystère", écrit la journaliste, qui précise que l'intéressé vit dans une petite maison dans le sud de la Californie, avec sa mère. Il a par ailleurs eu des soucis d'argent dans le passé. 

Il a arrêté les bitcoins, mais pas les maquettes de trains

Satoshi  Nakamoto assure ne plus rien avoir à faire avec la monnaie virtuelle. A 64 ans, il est présenté comme un retraité qui collectionne les maquettes de trains : une passion depuis l'adolescence. Il améliore et modifie lui-même ses miniatures de trains à vapeur, mettant à profit ses connaissances en informatique et en mathématiques. Une activité moins risquée, mais sans doute moins lucrative.