Les proches de Yann Desjeux, lors de l'arrivée du corps à l'aéroport de Roissy, jeudi 24 janvier. 
Les proches de Yann Desjeux, lors de l'arrivée du corps à l'aéroport de Roissy, jeudi 24 janvier.  (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Le corps de Yann Desjeux est arrivé à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, jeudi 24 janvier. Cet otage français a été tué lors de l'assaut par l'armée algérienne pour libérer les personnes retenues sur le site gazier d'In Amenas, entre le 16 et le 19 janvier 2013. 

La dépouille a été accueillie par la famille du défunt, âgé de 52 ans, lors d'une cérémonie intime, animée par l'aumônier catholique de l'aéroport, à laquelle a assisté la ministre déléguée des Français de l'étranger, Hélène Conway-Mouret. 

L'enterrement n'aura lieu que la semaine suivante, après l'autopsie du corps dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Paris pour "enlèvement suivi de mort en relation avec une entreprise terroriste".

Un ancien militaire

Bruno, le frère de Yann Desjeux, a expliqué, dans une brève déclaration, qu'après "l'espérance et la colère vient enfin le temps de l'apaisement : Yann est rentré (...). La générosité, la simplicité, le courage et le sens du devoir ont toujours guidé sa vie personnelle et professionnelle."

Au nom des deux fils du défunt, il a remercié le président de la République, François Hollande, "pour son soutien personnel, ainsi que les équipes du Quai d'Orsay", dont le centre de gestion de crise a géré l'arrivée. Yann Desjeux, était un ancien adjudant-chef du Régiment de parachutistes de l'infanterie de marine de Mont-de-Marsan (Landes). Il s'occupait de la logistique sur le site gazier où a eu lieu la prise d'otages et avait ouvert un restaurant depuis un an et demi à Anglet (Pyrénées-Atlantiques).