VIDEO. L'otage français a été "assassiné lâchement, cruellement", dénonce François Hollande

Le président de la République a réagi à la décapitation de Hervé Gourdel en marge de la réunion de l'ONU sur le climat à New York.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISIONS
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Notre compatriote Hervé Gourdel a été assassiné par un groupe terroriste lâchement, cruellement, honteusement." François Hollande a réagi, mercredi 24 septembre, après la décapitation de l'otage français détenu depuis dimanche par le groupe jihadiste algérien Jund Al-Khilafa (Les soldats du califat)Le chef de l'Etat français s'exprimait en marge de la réunion de l'ONU sur le climat.

> Suivez en direct toutes les réactions et informations après la mort de l'otage français en Algérie

"Ma détermination est totale et cette agression ne fait que la renforcer", a martelé sur un ton grave François Hollande. Le président français a condamné l'assassinat de l'otage par ce groupe terroriste affilié à l'Etat islamiste, qui réclamait, depuis l'enlèvement d'Hervé Gourdel, la fin des opérations militaires de la France en Irak contre l'EI.

"La France ne cède jamais devant le chantage"

"La France vit une épreuve à travers l'assassinat d'un de nos compatriotes, mais la France ne cède jamais devant le chantage", a déclaré le chef d'Etat, assurant que la "lutte contre le terrorisme devait être poursuivie et amplifiée".

Plus tard dans la soirée, le chef de l'Etat est revenu longuement sur cet assassinat et ses conséquences lors d'une conférence de presse. Alger a promis de continuer "à mobiliser toutes les forces possibles pour retrouver les assassins afin qu'ils soient châtiés" et le corps d'Hervé Gourdel retrouvé, a-t-il notamment déclaré après s'être entretenu avec le Premier ministre algérien.

François Hollande lors d'un point de presse à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 23 septembre 2014
François Hollande lors d'un point de presse à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, le 23 septembre 2014 (ALAIN JOCARD / AFP)