Un attentat a visé l'ambassade de France en Libye, mardi 23 avril. Une voiture piégée a explosé devant le bâtiment, vers 7 heures du matin à Tripoli. Deux gendarmes français ont été blessés. L'explosion a fait d'importants dégâts.

Les locaux de la chancellerie ont été fortement endommagés et une partie du mur d'enceinte a été détruite. Devant l'entrée de l'ambassade, il ne reste d'un véhicule garé que le moteur et un bout de carcasse calcinée. Un profond cratère est visible à côté. Des enquêteurs libyens sont arrivés sur les lieux de l'attentat.

L'attentat, qualifié d'"acte terroriste" par les autorités libyennes, survient dans un contexte d'insécurité croissante en Libye. Des milices y font la loi. Le contexte régional est également marqué par le conflit au Mali, où l'armée française est intervenue contre les islamistes radicaux. Cette attaque est la première contre des intérêts français depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, après une opération militaire internationale menée par la France et le Royaume-Uni.

Devant l'ambassade de Fance à Tripoli (Libye) après l'attentat à la voiture piégée, le mardi 23 avril 2013.
Devant l'ambassade de Fance à Tripoli (Libye) après l'attentat à la voiture piégée, le mardi 23 avril 2013. (ISMAEL ZETOUNI / REUTERS)