Somalie : un passager de l'avion endommagé par une explosion manque à l'appel

L'explosion avait provoqué, mardi, un trou d'un mètre de diamètre environ dans le fuselage de l'avion de ligne de la compagnie somalienne Daallo.

Un trou dans le fuselage d'un avion de la Daallo Airlines, le 2 février 2016.
Un trou dans le fuselage d'un avion de la Daallo Airlines, le 2 février 2016. (ANADOLU AGENCY / AFP)

Mis à jour le , publié le

Un passager manque à l'appel des personnes qui se trouvaient à bord de l'avion de ligne victime, mardi 2 février, d'une explosion contraignant le pilote à un atterrissage d'urgence à Mogadiscio, quelques minutes après son décollage. "Tous les passagers, sauf un, ont débarqué sains et saufs" après le retour de l'appareil sur le tarmac de l'aéroport de la capitale somalienne, a annoncé la compagnie Daallo, précisant qu'"une enquête est en cours pour déterminer la cause de cette disparition".

L'explosion avait provoqué un trou d'un mètre de diamètre environ dans le fuselage de l'A321, blessant légèrement deux passagers. On ignorait en l'état si le passager disparu avait bien pris place à bord de l'appareil et aurait été aspiré dans le vide, ou si une éventuelle erreur sur la liste des passagers pouvait éclaircir cette disparition.

Voir la vidéo

"Un problème de pressurisation", selon le gouvernement somalien

Selon des experts en aéronautique et le pilote, qui était parvenu à faire demi-tour et poser son appareil à Mogadiscio, un engin explosif est la cause la plus plausible de l'explosion. L'Autorité de l'aviation civile somalienne a ouvert une enquête sur l'incident. Des ingénieurs de la compagnie propriétaire de l'avion ainsi que du constructeur Airbus s'efforcent également de déterminer la cause de l'explosion.

Le gouvernement somalien, sans attendre les résultats de l'enquête, a indiqué qu'un problème de pressurisation devait être à l'origine de l'explosion. Le pilote, Vladimir Vodopivec, un Serbe de 64 ans, a pourtant confié à un ami que, pour lui, l'explosion avait été causée par une "bombe", selon des propos rapportés par le quotidien serbe Blic.