Paris réclame la "libération immédiate" de deux journalistes français et britannique arrêtés hier au Burundi

Les deux journalistes, qui travaillaient pour "Le Monde", ont été arrêtés jeudi, alors qu'ils rencontraient des opposants politiques à Bujumbura.

Laurent Fabius lors d'une conférence de presse, à Paris, le 11 janvier 2016.
Laurent Fabius lors d'une conférence de presse, à Paris, le 11 janvier 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La France réclame "la libération immédiate" de deux journalistes arrêtés la veille au Burundi, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, vendredi 29 janvier. Il s'agit de deux envoyés spéciaux du Monde : le Français Jean-Philippe Rémy, 49 ans, et le photographe britannique Philip Edward Moore, 34 ans. Selon le quotidien, les reporters ont été arrêtés par les services de sécurité burundais alors qu'ils rencontraient des opposants politiques à Bujumbura, la capitale de ce petit pays d'Afrique centrale.

"Des démarches diplomatiques sont en cours"

"Nous avons appris avec préoccupation l'arrestation au Burundi [de ces deux journalistes], a précisé Laurent Fabius, dans une déclaration à l'AFP. J'appelle les autorités du Burundi à procéder à leur libération immédiate. Des démarches diplomatiques sont en cours."

Le directeur de la rédaction du Monde, Jérôme Fenoglio, a lui aussi demandé leur libération, plus tôt dans la matinée. "Jean-Philippe Rémy est entré légalement dans le pays le 19 janvier et Philip Edward Moore le 21 janvier, a-t-il indiqué. Ils étaient tous deux munis de visas et ne faisaient qu’exercer leur métier en rencontrant toutes les parties concernées par les tensions en cours au Burundi."