Des nouvelles rassurantes mais sans détails. Le président nigérien Mahamadou Issoufou a déclaré jeudi 7 juin sur le chaîne France 24 que les six otages français retenus au Sahel étaient "vivants" et "en bonne santé". "Je crois qu'ils sont vivants et en bonne santé. Vous me permettrez de ne pas en dire plus", a déclaré le chef de l'Etat nigérien.

Au total, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) détient six Français. Quatre d'entre eux, des employés du groupe nucléaire public Areva et de son sous-traitant Satom, ont été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit dans le nord du Niger, avec trois autres personnes, libérées depuis. Deux autres ont été kidnappés le 24 novembre 2011 par des hommes armés dans leur hôtel à Hombori (nord du Mali) et emmenés vers une destination inconnue.

La crise au Mali complique "sérieusemen" les négociations

La crise au Mali, pays coupé en deux dont tout le nord est aux mains de groupes armés islamistes et touareg, a éloigné la perspective d'un règlement rapide de cette question. Certains rebelles touareg alliés à des islamistes étaient des intermédiaires importants dans les négociations menées depuis des mois sur le sort des otages.

Les autorités françaises ont récemment reconnu que cette situation "compliquait sérieusement" les tractations en vue de la libération des otages.