Le patron de la chaîne de télévision Nessma a été condamné, jeudi 3 mai, par un tribunal tunisien, au paiement d'une amende de 2 400 dinars, soit 1 300 euros environ. Il était jugé pour "atteinte au sacré" après la diffusion en octobre dernier du film franco-iranien Persepolis, de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi.

En cause, notamment, une scène du film où une petite fille parle avec Dieu. Or, représenter Allah est interdite par l'islam. Sa diffusion avait provoqué des manifestations d'islamistes dans tout le pays. Le siège de la chaîne de télévision, à Tunis, avait été pris d'assaut par des centaines de salafistes qui avaient tenté d'incendier le bâtiment.

Atteinte aux "bonnes mœurs"

Nabib Karoui a été condamné pour la diffusion au public d'un film troublant l'ordre public et portant atteinte aux "bonnes mœurs", selon le jugement annoncé au tribunal de première instance de Tunis. Un responsable de la production et un technicien de la chaîne ont également été condamnés au versement d'une amende de 1 200 dinars chacun.

Nos confrères de France 2 avaient couvert l'ouverture du procès en janvier : 

(France 2 - Samah Soula)

Nabib Karoui était absent à l'annonce du verdict qui coïncidait avec la Journée mondiale de la liberté de la presse célébrée en Tunisie depuis la chute de l'ex-président Ben Ali. Quelques Tunisiens ont manifesté leur mécontentement à l'annonce du jugement devant le palais de justice, gardé par la police.

Voici la bande-annonce du film de Marjane Satrapi et Vincent Parronaud :