Côte d'Ivoire : les dernières heures de Gbagbo au pouvoir ?

Le président sortant est de plus en plus isolé - police et gendarmerie l'ont quitté, ne restent plus autour de lui que les forces spéciales, selon le patron de l'ONU en Côte d'Ivoire. _ Guillaume Soro, le Premier ministre de Ouattara, a fixé un ultimatum à Gbagbo : qu'il démissionne avant 21h. "Sinon on viendra le chercher là où il est". Ce qui est sûr, c'est que les forces rebelles encerclent désormais Abidjan.

(Radio France © France Info)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Actualisé à 20h20, avec l'ultimatum de Soro et le contrôle de l'aéroport par les casques bleus

Laurent Gbagbo semble désormais de plus en plus seul. Réfugié à Abidjan, quitté par la police et la gendarmerie, encerclé par les forces rebelles, le président sortant semble vivre ses dernières heures au pouvoir.
_ Et Alassane Ouattara semble en passe de réussir sa conquête du pouvoir. Sans trop employer la force.

Si l'on en croit le chef de l'ONU en Côte d'Ivoire, Choi Young-jin, 50.000 hommes ont fait défection ces dernières heures ; soit les effectifs de la police et de la gendarmerie. Gbagbo ne peut plus compter que sur ses forces spéciales.
_ Qui plus est, le blocus de l'hôtel du Golf, là où Ouattara avait trouvé refuge depuis quatre mois, n'est plus d'actualité.

Si l'on ajoute cette déclaration de Guillaume Soro, le Premier ministre de Ouattara, qui a fixé dans la soirée un ultimatum à Gbagbo, on comprend que la fin est proche. Gbagbo a jusqu'à 21h pour démissionner, “pour éviter un bain de sang. Sinon, on viendra le chercher là où il est” .

De fait, les forces pro-Ouattara en ont les moyens. Elles ont encerclé Abidjan, en milieu de journée. Pas question de l'attaquer de front, juste d'attendre. Le même Guillaume Soro explique : “Je confirme qu'actuellement “nos troupes ont encerclé la ville d'Abidjan”. Nous tiendrons cette position jusqu'à ce que les ralliements se fassent et que la transmission du pouvoir soit effective au président Alassane Dramane Ouattara, démocratiquement élu”.

Sur place, la ville semble comme désertée. Des combats et des pillages ont tout de même été signalés. Des soldats de la force française Licorne sont déployés dans la zone 4, un quartier du sud d'Abidjan, où habitent de nombreux ressortissants européens.
_ Et les casques bleus ont pris en fin de journée le contrôle de l'aéroport d'Abidjan.

Guillaume Gaven, avec agences