Ce que l'on sait de l'attaque en Côte d'Ivoire qui a fait au moins 16 morts, dont un Français

Trois établissements de la station balnéaire de Grand-Bassam, à l'est d'Abidjan, ont été pris pour cible par des assaillants. L'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué l'attaque. 

Un soldat ivoirien réconforte un enfant après l'attaque contre trois hôtels dans la station balnéaire de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), le 13 mars 2016.
Un soldat ivoirien réconforte un enfant après l'attaque contre trois hôtels dans la station balnéaire de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), le 13 mars 2016. (JOE PENNEY / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

De nombreux expatriés et Ivoiriens profitaient du week-end ensoleillé lorsque la fusillade a éclaté. Trois hôtels de la station balnéaire de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire) ont été attaqués, dimanche 13 mars, par six assaillants. Au moins seize personnes ont été tuées, dont au moins un ressortissant français, annoncent les présidents ivoirien et français. L'attaque a été revendiquée par l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), indique le service de surveillance des sites islamiques. 

Francetv info résume la situation, que vous pouvez suivre en direct dans notre live

Que s'est-il passé ? 

Une fusillade a débuté à la mi-journée dans trois hôtels de la station balnéaire de Grand-Bassam. Selon les premiers témoignages, des assaillants "puissamment armés et portant des cagoules ont tiré sur les occupants de L'Etoile du sud, un grand hôtel pris d'assaut par les expatriés [...]"

"On était sur la plage, on a entendu des coups de feu et on a vu des gens fuir, on a compris que c'était une attaque", raconte un témoin, en montrant les photos de cadavres gisant sur la plage, dont au moins une femme. Sur son site, l'ambassade de France en Côte d'Ivoire évoque "une attaque terroriste"

Des camions militaires, transportant des mitrailleuses lourdes, ont été mobilisés pour se rendre vers le lieu de l'assaut. L'armée ivoirienne contrôle strictement les personnes quittant la zone. "Les opérations de ratissage se poursuivent, l'hôtel a été sécurisé", indique encore une source policière. L'attaque a provoqué des scènes de cohue sur le pont séparant la zone touristique visée et le Quartier France qui marque l'entrée de la vieille ville.

Où s'est produit la fusillade ? 

Les assaillants ont ouvert le feu dans la station balnéaire de Grand-Bassam, un lieu touristique situé à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Abidjan. L'endroit accueille de nombreux hôtels, où aiment résider les Occidentaux. En ce week-end de canicule, de nombreux Ivoiriens ont aussi fait le déplacement sur la côte atlantique. 

Combien y a-t-il de victimes ? 

Selon le président ivoirien, Alassane Ouattara, l'attaque a fait au moins seize morts, dont 14 civils et deux soldats. Parmi les victimes figure un ressortissant français, a annoncé François Hollande dans un communiqué. De nombreux blessés ont également été évacués, mais nous n'en connaissons pas encore le nombre exact. 

Que sait-on des assaillants ? 

D'après le ministre de l'Intérieur ivoirien, six "terroristes" ont été "neutralisés". Mais on ne connaît pas leurs motivations. De nombreux témoins disent avoir vu certains des tireurs, lesquels "parcouraient la plage en tirant des coups de feu". Un ressortissant libanais qui séjournait à l'Etoile du Sud assure que l'un d'eux portait un fusil d'assaut Kalachnikov et une ceinture de grenades.

D'après un journaliste de France 24, qui s'appuie sur le témoignage de plusieurs personnes, les assaillants auraient pu venir de la mer. "Les tirs provenaient d'une embarcation face à la plage", a indiqué un témoin, cité sur Twitter par le reporter. 

Dans la soirée, l'attaque a été revendiquée par l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), selon le service de surveillance des sites islamiques. 

Quelles sont les réactions ? 

Dans son communiqué, François Hollande condamne "un lâche attentat". "La France apporte son soutien logistique et de renseignement à la Côte d'Ivoire pour retrouver les agresseurs. Elle poursuivra et intensifiera sa coopération avec ses partenaires dans la lutte contre le terrorisme", a-t-il ajouté.

Le parquet de Paris a aussi annoncé l'ouverture d'une enquête pour assassinat terroriste. Une procédure classique du fait de la présence d'un ressortissant français parmi les victimes.