VIDEO. Situation incertaine au Burkina Faso, après une journée agitée

Les militaires ont dispersé une manifestation pacifique à Ouagadougou. L'armée burkinabée semble bien décidée à conserver le pouvoir, après la démission de Blaise Compaoré. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Difficile de savoir qui détient vraiment le pouvoir au Burkina Faso, dimanche 2 novembre. Tout a commencé dans le calme avec une manifestation pacifique à Ouagadougou, mais a brusquement changé de ton, lorsque l'armée burkinabée, décidée à conserver le pouvoir deux jours après la démission du président Blaise Compaoré, a dispersé les plusieurs milliers de manifestants. Des militaires ont aussi tiré des coups de feu au siège de la radio-télévision publique.

Les tirs signalés au siège de la RTB ont retenti peu après l'arrivée de Saran Sérémé, présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC) et figure de l'opposition. Un général de l'armée se trouvait aussi dans les studios, où il s'apprêtait à annoncer qu'il entendait superviser la transition, mais d'autres militaires les en ont tous deux empêchés. Peu après, la garde présidentielle a fermé les accès à la place de la Nation.

Une réunion entre opposition et Isaac Zida

En fin d'après-midi, les responsables de l'opposition burkinabée ont rencontré le lieutenant-colonel Isaac Zida, chef désigné par l'armée d'un régime de transition. Mais la réunion n'a pas donné lieu à une déclaration et aucune information n'a filtré sur le contenu des discussions.

Le JT
Les autres sujets du JT
"Zida dégage !" exige une pancarte brandie par un manifestant, le 2 novembre 2014, à Ouagadougou (Burkina Faso).
"Zida dégage !" exige une pancarte brandie par un manifestant, le 2 novembre 2014, à Ouagadougou (Burkina Faso). (JOE PENNEY / REUTERS)