VIDEO. Attaque à Ouagadougou : "Oui, la France est ciblée"

Pierre Servent, spécialiste des questions de défense, analyse la situation après l'attaque jihadiste au Burkina Faso. 

Voir la vidéo
France 2
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'assaut est terminé à Ouagadougou où un restaurant et un hôtel prisés des Occidentaux ont été attaqués vendredi 15 janvier par des jihadistes. Sur le plateau du 13 heures de France 2, Pierre Servent, spécialiste des questions de défense fait le point.

>> Attaque à Ouagadougou : suivez notre direct

Pour lui, pas de doute, "la France était ciblée" par cette attaque revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), "parce qu'elle est présente au Burkina Faso avec ses forces spéciales". Aucune victime française n'est néanmoins à déplorer selon le dernier bilan qui fait état, samedi à 14h, d'au moins 23 morts. 

"La peste et le choléra du salafisme radical"

"Mais il n'y a pas qu'elle qui est visée", ajoute Pierre Servent, rappelant que les personnes tuées sont au moins de 18 nationalités différentes. "Aqmi, comme Daesh, essaie toujours de frapper des lieux touristiques (...) parce qu'avec peu de combattants, des armes légères, des explosifs, la répercussion est mondiale."

La différence entre ces deux organisations jihadistes ? "C'est vraiment la peste et le choléra du salafisme radical." Si les deux groupes se trouvent "concurrents sur le terrain", ils ont néanmoins "le même objectif" : "faire en sorte que la planète entière se convertisse à la même vision rigoriste du Coran". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des flammes s'échappent de l'hôtel Le Splendid à Ouagadougou (Burkina Faso), samedi 16 janvier.
Des flammes s'échappent de l'hôtel Le Splendid à Ouagadougou (Burkina Faso), samedi 16 janvier. (REUTERS TV / REUTERS)