Nigeria : après "la plus meurtrière" attaque de Boko Haram, l'armée appelle à l'aide internationale

Une attaque contre la ville de Baga et d'autres localités du nord-est du Nigeria pourrait avoir fait plusieurs milliers de morts.

Des soldats marchent dans les rues de Baga (Nigeria), le 30 avril 2013.
Des soldats marchent dans les rues de Baga (Nigeria), le 30 avril 2013. (PIUS UTOMI EKPEI / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'armée nigériane a appelé, samedi 10 janvier, à une coopération internationale face à Boko Haram, après une vaste offensive du groupe islamiste armé dans le nord-est du pays, décrite comme son attaque "la plus meurtrière" en cinq années d'insurrection. Le bilan de cette attaque contre Baga et plusieurs autres localités sur les rives du lac Tchad, dans le nord de l'Etat de Borno, n'a pas encore été indépendamment déterminé, mais pourrait s'avérer extrêmement élevé, certains évoquant plusieurs milliers de morts.

Ces offensives "devraient convaincre tous les gens bien intentionnés à travers le monde que Boko Haram représente le mal que nous devons éliminer tous ensemble, plutôt que de critiquer les personnes qui essayent de les contrer", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Chris Olukolade. L'armée nigériane, la plus importante d'Afrique de l'Ouest, est régulièrement sous le feu des critiques pour son incapacité à mettre fin à l'insurrection de Boko Haram.

Une fillette se fait exploser et tue 19 personnes

"L'armée nigériane n'a pas abandonné Baga et les autres localités actuellement contrôlées par les terroristes", a déclaré le ministère de la Défense. "Des plans appropriés, des hommes, des ressources sont actuellement mobilisés pour faire face à la situation."

D'autres attaques ont depuis ensanglanté la région. Au moins 19 personnes ont péri, samedi, lorsqu'une bombe fixée sur une fillette d'une dizaine d'années a explosé dans un marché bondé de Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria. Boko Haram, qui ravage la région, semble être à l'origine de cet attentat.

Par ailleurs, deux femmes kamikazes se sont fait exploser, dimanche, tuant quatre personnes, sur un marché bondé de Potiskum, dans la même région. Cette ville a aussi été touchée, samedi, par un attentat à la voiture piégée.