Au Maroc, les habitants du Rif se rebellent

Au Maroc, les habitants de la région du Rif manifestent pour plus de justice sociale. Depuis une dizaine de jours, les arrestations se multiplient.

Voir la vidéo
avatar
franceinfo Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Nous sommes des fils de pauvres. Des gens simples sortis dans la rue pour dire stop à l’injustice et à la tyrannie

Nasser Zefzafi 
Fin mai Nasser Zefzafi, le leader du mouvement, a interrompu le prêche d’un imam. Après deux jours de cavale, il a finalement été arrêté pour “entrave à la liberté de culte” et “atteinte à la sécurité intérieure”. Quelques semaines avant son arrestation, il expliquait les raisons de la révolte lors d’une conférence de presse “Nous sommes des fils de pauvres. Des gens simples sortis dans la rue pour dire stop à l’injustice et à la tyrannie”. Depuis les manifestants réclament sa libération. “Si vous emprisonnez nos leaders, nous résisterons” clamait Sylia Ziani, nouvelle figure du mouvement. Elle a été arrêté par la police lundi dernier.

 

Ce sont des demandes légitimes

Khalid Ajbari

 C’est la mort tragique d’un vendeur de poisson qui met le feu au poudre en novembre dernier. Mouhcine Fikri a été écrasé dans une benne à ordures alors qu’il tentait d’empêcher la destruction de sa marchandise. Depuis les rifains battent le pavé pour réclamer plus de droits et du travail. “Le droit d’avoir un travail, de la dignité, le droit d’avoir une couverture médicale, d’avoir droit à l’éducation. Ce sont des demandes légitimes” rappelle Khalid Ajbari, le secrétaire général des travailleurs marocains d’Al-Hoceïma.

 Un région très pauvre

 Le Rif est la province la plus densément peuplée du pays mais c’est aussi l’une des plus pauvres. Le taux de chômage est de 21%, le double de la moyenne nationale. Les ressources proviennent alors essentiellement de l’économie souterraine. Ici, contrebande, trafic et culture du cannabis tournent à plein régime.

Une culture de l'insurrection

 Enclavée au nord-est du Maroc, le Rif s’est toujours défini par sa culture insurrectionnelle. Dès 1921, Abdelkrim Al-Khattabi instaurait l’éphémère République indépendante du Rif. Deux ans après l’indépendance du Maroc, le Rif a connu la répression menée par le prince héritier Hassan II.  En 1984, les rifains se révoltent à nouveau pendant les “émeutes du pain” et lors du printemps arabe, Al-Hoceïma est la seule ville où des manifestants ont perdu la vie. Une culture propre et des répressions à répétition qui ont forgé un un esprit quasi-insulaire dans une région où l’arabe est souvent moins parlé que le berbère.

Depuis l’arrivée de Mohammed VI au pouvoir en 1999, l’état marocain a pourtant investi massivement pour développer la région mais la crise économique et le peu de perspectives d’avenir pour la jeunesse rifaine empêche de refermer les plaies du passé.
Au Maroc, les habitants du Rif manifestent
Au Maroc, les habitants du Rif manifestent (Brut)