Attentat en Côte d'Ivoire : la France vraisemblablement visée

Le pays s'attendait-il à une attaque terroriste ? Les explications des journalistes de France 3 sur place. 

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Au lendemain de l'attaque terroriste, Sylvain Lequesne, envoyé spécial en Côte d'Ivoire avoue que le pays "se savait menacé". "Plusieurs services de renseignement occidentaux et africains avaient averti que le pays était une cible après les attentats au Mali et au Burkina-Faso", ajoute-t-il. Les autorités sur place avaient pourtant musclé leurs contrôles. Un plan antiterroriste avait même été mis en place dans un hôtel de Grand-Bassam.

Un hommage mardi

Un exercice d'évacuation avait même eu lieu il y a un mois. L'attaque a eu lieu dans le quartier France à Grand-Bassam, ce qui n'est sans doute pas "un hasard", selon le journaliste. La France dispose ici d'une base militaire. L'allié historique de la Cote d'Ivoire était vraisemblablement visé par ses attaques. Mardi, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve viendront rendre hommage aux victimes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat sur la plage de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), après une attaque jihadiste, le 13 mars 2015.
Un soldat sur la plage de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), après une attaque jihadiste, le 13 mars 2015. (ISSOUF SANOGO / AFP)