Attaque de Grand-Bassam : "C'est la France qui est ciblée"

Pour le spécialiste du terrorisme, Mathieu Guidère, ce type d'attaque devrait se reproduire. 

Un soldat ivoirien à Grand-Bassam, le 13 mars 2016.
Un soldat ivoirien à Grand-Bassam, le 13 mars 2016. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le groupe terroriste Aqmi a revendiqué, dimanche 13 mars, l'attaque sanglante de Grand-Bassam. Aux yeux de Mathieu Guidère spécialiste du terrorisme salafiste, c’est la concurrence avec l'organisation État islamique qui serait à l’origine de la surenchère terroriste que vient de vivre la Côte d'Ivoire. Et l’expert d’affirmer à Francetv Info que la cible de ces opérations est bel et bien la France.

Al Qaïda au Maghreb islamique aurait revendiqué l'attaque de Grand-Bassam, cela vous semble crédible ?

Mathieu Guidère : Oui, pour moi, cette action porte la marque du groupe Al Mourabitoune d’Aqmi, c’est-à-dire le mouvement dirigé par l’algérien Mokhtar Belmokhtar. Juste après avoir intégré Aqmi ce mouvement a perpétré un attentat au Mali, le 20 novembre dernier, une semaine après les massacres de Paris. Puis, il s’en est pris au Niger. En fait, tout le monde s’attendait à une opération violente commise en Côte d’Ivoire.

Pourquoi ?

Tous les pays de la région ont été attaqués. Il ne manquait que la Côte d’Ivoire et le Sénégal, pour lequel on peut être très inquiet. On sait très bien que depuis longtemps, Mokhtar Belmokhtar est dans une sorte de compétition avec l’organisation État islamique, il veut montrer qu’il sait lui aussi agir sur le terrain et donc la série risque de continuer.

Par delà le ciblage géographique d’une région, le message est il aussi adressé à la France ?

Que les choses soient bien claires, au Mali, au Burkina ou en Côte d’ivoire, c’est la France qui est ciblée. Abidjan, une station balnéaire telle que celle de Grand-Bassam, toutes ces zones sont considérées comme le quartier général des Français. C’est là-bas que la France possède la plus grande communauté. Pour moi, je le répète la cible principale c’est la France.

Comment protéger tous ces territoires? Pour la France la question de la sécurité en territoire africain ne devient-elle pas chaque jour plus complexe ?

Cela fait plus de trois ans que la France est au Mali, nos militaires sont "éparpillés" dans nombre de pays africains. Cette multiplication des lieux d’intervention face au manque de ressources, le fait de faire en quelque sorte "la guerre partout", tout cela rend très difficile la mise en œuvre par la France d’une sécurité efficace.  A mes yeux, je l’ai dit, la prochaine cible sera le Sénégal. 

En fait nous assistons avec l’opération de la station balnéaire de Grand-Bassam à une imitation de ce que la Tunisie a connu sur l’une de ses plages. Le but est de détruire l’activité touristique dans ces Pays, de mettre à bas leur économie et à travers cela de toucher la France. En allant parfois jusqu’à tuer des ressortissants français parmi les nombreuses victimes que font ces attentats.