Les six Afghanes qui voulaient présenter leur robot aux Etats-Unis obtiennent finalement un visa

Les jeunes filles avaient auparavant échoué à obtenir ce visa, car les autorités américaines avaient interdit la participation à ce concours à plusieurs écoliers ou étudiants originaires de pays à majorité musulmane.

Les six adolescentes afghanes travaillent sur leur robot, le 6 juillet 2017 à Herat (Afghanistan).
Les six adolescentes afghanes travaillent sur leur robot, le 6 juillet 2017 à Herat (Afghanistan). (AHMAD SEIR / AP / SIPA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elles vont pouvoir présenter leur robot. Six jeunes Afghanes ont finalement obtenu leurs visas pour participer à un concours de robotique, le First Global Challenge, à Washington (Etats-Unis), du 16 au 18 juillet. Les organisateurs ont annoncé cette décision favorable, mercredi 12 juillet. Les jeunes filles ont travaillé pendant six mois sur leur robot, fabriqué à l'aide de matériaux tels que des bouteilles et des boîtes.

Auparavant, les jeunes filles avaient échoué à obtenir ce visa, car les autorités américaines avaient interdit la participation à ce concours à plusieurs écoliers ou étudiants originaires de pays à majorité musulmane. Pourtant, à deux reprises, ces six jeunes inventrices de la ville afghane d'Herat avaient parcouru plus de 800 kilomètres à travers le pays afin de se rendre à l'ambassade des Etats-Unis, à Kaboul, et tenter d'obtenir l'autorisation de fouler le sol américain.

Des difficultés liées à l'administration Trump

Ce refus était en droite ligne avec la politique plus stricte en matière de visas adoptée par l'administration de Donald Trump. Mais, face aux critiques publiques, le département d'Etat a demandé aux services de l'immigration de revoir leur position, rapporte Associated Press (en anglais). Une version atténuée des décrets anti-immigration est récemment entrée en vigueur, limitant les entrées de visiteurs venus d'Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, et ce en attendant la décision finale de la Cour suprême sur ces décrets. Les visiteurs venus d'Afghanistan ne sont pas concernés.

"Je suis extrêmement reconnaissant au gouvernement américain et au département d'Etat de s'être assurés que l'Afghanistan (...) pourra nous rejoindre et participer à cette compétition internationale cette année", s'est félicité le président du First Global Challenge. Il a également souligné les arrivées des équipes venues du Yémen, de Libye et du Maroc. "Les 163 équipes candidates, de 157 pays, ont obtenu leurs visas pour les Etats-Unis, y compris celles venues d'Iran, du Soudan, et l'équipe formée de réfugiés syriens", a-t-il souligné.

"Nous ne sommes pas un groupe terroriste"

"Nous ne sommes pas un groupe terroriste qui va en Amérique pour effrayer les gens, a déclaré à l'AFP une des concurrentes, Fatema Ghaderyan, 14 ans. Nous voulions juste montrer aux Américains le pouvoir et les compétences des filles afghanes."

"Nous avons beaucoup pleuré quand nous avons appris que nos visas étaient refusés. Nous pensions que nous avions de bonnes relations avec l'Amérique et que nous allions être acceptées", a raconté pour sa part Kowser Roshan, 15 ans. "Elles ont pleuré toute la journée", a confirmé Roya Mahboob, fondatrice de la compagnie Citadel, première femme en Afghanistan à occuper le poste de PDG d'une société de technologie. On ne sait pas encore quelle est leur réaction à cette délivrance de visas, mais on imagine le sourire sur leurs visages.