Sept agresseurs présumés de migrants interpellés dans le Nord

Depuis plusieurs mois des migrants sont victimes d'agressions à Calais et dans ses environs.

Les interpellations ont eu lieu, dans la nuit du 10 au 11 février 2016, à Loon-Plage (Nord).
Les interpellations ont eu lieu, dans la nuit du 10 au 11 février 2016, à Loon-Plage (Nord). (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils ont été arrêtés en flagrant délit. Sept hommes ont été interpellés à Loon-Plage -Nord), après avoir agressé quatre migrants, visiblement des Kurdes irakiens, dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 février, rapporte le parquet de Dunkerque. Âgé de 24 à 44 ans, ils sont en cours d'audition, précise le procureur de la République Eric Fouard, confirmant une information de RTL et i-Télé.

Les migrants "stationnent habituellement là la nuit pour attendre les camions et tenter d'y monter pour gagner l'Angleterre", explique le procureur. Selon lui, les personnes agressées pourraient venir du camp de Grande-Synthe, où près de 1 500 personnes vivent.

Des "ratonnades" en série ?

Depuis plusieurs mois des migrants sont victimes d'agressions à Calais et dans ses environs. "C'est la première fois que j'ai un acte similaire sur mon ressort et une telle agression, nuance cependant Eric Fouard. Je ne sais pas si ces personnes sont celles qui ce sont déjà livrées à des exactions à Calais ou ailleurs, on n'a pas forcément de rapprochement pour l'instant."

Une source judiciaire citée par RTL évoque de véritables scènes de "ratonnades" ces derniers mois. Selon Isabelle Bruand, coordinatrice régionale de Médecins du monde (MDM), il y a une "recrudescence" des agressions sur des migrants depuis le début de l'année : "Ce sont des dizaines de personnes qui ont été tabassées à Calais avec notamment des barres de fer, provocant plusieurs fractures."

Une information judiciaire a ainsi été ouverte le 4 février pour l'agression avec arme de trois Syriens dans la nuit du 20 au 21 janvier à Calais. D'autres enquêtes avaient été ouvertes pour plusieurs faits similaires, selon le parquet de Boulogne-sur-mer.