Pour avoir réclamé une commission d'enquête et dénoncé "l'incapacité" du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) à informer les voyageurs à temps des perturbations provoquées par la neige, l'ancienne ministre UMP Valérie Pécresse s'est attirée les foudres du gouvernement mercredi 13 mars.

"Si madame Pécresse n'écoute pas la radio, c'est dommage", a répliqué le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, sur RTL, estimant que l'alerte orange de Météo France, relayée par les médias, suffisait à informer les usagers des perturbations à venir. "Madame Pécresse est candidate aux élections régionales en Ile-de-France, elle est en train d'utiliser des aléas météorologiques à des fins électoralistes", a-t-il ajouté.

"Chacun a pris ses responsabilités", a pour sa part rétorqué sur France 2 la ministre du Logement, Cécile Duflot, citant l'extension de 15 jours de la trêve hivernale. "Madame Pécresse est une spécialiste de la polémique sur tous les sujets, c'est un peu vain parfois."

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, le 4 février 2013 à Roullet-Saint-Estephe (Charente).
Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, le 4 février 2013 à Roullet-Saint-Estephe (Charente). (PIERRE DUFFOUR / AFP)