Acapulco est sous les eaux : la plus célèbre station balnéaire du Mexique est frappée de plein fouet par les ouragans. Le soleil et la plage dont beaucoup rêvaient de profiter, à l'occasion du week-end prolongé des fêtes de l'Indépendance mexicaine, ont laissé la place à des vents violents, des pluies torrentielles et des inondations. Aéroport inondé et routes bloquées ont obligé plus de 40 000 touristes à rester dans ce port du Pacifique, avant de tenter de quitter la ville.

Les premiers vols d'évacuation ont décollé mardi 17 septembre, en fin de matinée. Dans l'espoir d'obtenir un billet d'avion, des centaines de touristes ont fait patiemment la queue sur l'esplanade d'un centre de spectacles d'Acapulco. Converti en centre d'opération des compagnies aériennes, c'est aussi devenu un refuge improvisé de quelque 2 000 personnes qui ne pouvaient plus se loger dans des hôtels ou des locations.

Quatre jours consécutifs de tempête ont fait quelque 48 morts dans tout le pays. Plus de la moitié d'Acapulco, une ville qui compte 680 000 habitants, est toujours inondée, en particulier dans les zones les plus pauvres, à la périphérie et dans le quartier de Punta Diamante. Dans ce quartier hôtelier, les eaux ont atteint jusqu'à trois mètres. C'est dans cette zone que se sont déroulées des scènes de pillage. Des centaines de personnes ont attaqué un magasin et deux centres commerciaux, emportant nourriture, électroménager et matelas.

Des touristes à l'aéroport d'Acapulco (Mexique), le 17 septembre 2013.
Des touristes à l'aéroport d'Acapulco (Mexique), le 17 septembre 2013. (NICOLAS TAVIRA / NOTIMEX : AFP)