Séisme au Mexique : "Vous n’avez plus de repères, vous êtes impuissant", témoigne un Français de Mexico

Le séisme au Mexique s'est produit mardi en pleine journée. Un Français de Mexico qui travaille au 9e étage d'une tour témoigne de la peur qui s'est emparée des résidents lorsqu'il a fallu quitter l'immeuble tremblant, en quelques minutes. 

Le séisme du 19 septembre 2017 a été fortement ressenti à Mexico, une mégapole de 20 millions d\'habitants.
Le séisme du 19 septembre 2017 a été fortement ressenti à Mexico, une mégapole de 20 millions d'habitants. (GINNETTE RIQUELME / X03744)
avatar
Franck MathevonRadio France

Mis à jour le
publié le

Édouard Lepage est un salarié français qui travaille au 9e étage d'une tour de Mexico. Mardi 19 septembre, à l'heure du violent séisme, il déjeunait avec ses collègues, lorsqu'en toute urgence, il a dû quitter l'immeuble par les escaliers, faute d'ascenseurs.

Édouard Lepage raconte l'incroyable et cruelle concomitance du calendrier vécue mardi à Mexico. Comme tous les ans depuis 1985, date d'un séisme terriblement meurtrier au Mexique, rappelle-t-il, à 11h, chaque 19 septembre, une simulation de tremblement de terre est organisée. Cette alerte est destinée à rappeler à la population la conduite à tenir en cas de séisme. Édouard, comme ses collègues, a quitté son bureau pour participer à l’exercice, signalé par le déclenchement des alarmes. "On est resté 10 ou 15 mn en bas. Moins de deux heures plus tard, alors que je déjeunais avec d’autres employés, j'ai senti l’immeuble trembler énormément", témoigne-t-il.

Vous n’avez plus de repères, vous savez juste que vous êtes en haut d’un immeuble, qu’il n’y a plus d’ascenseur et qu’il faut descendre le plus vite possible. Être coincé dans un immeuble qui bouge, c’est un sentiment d’impuissance.

Édouard Lepage, un salarié français de Mexico

La plus grosse crainte de ce salarié français était de ne pas descendre à temps et que l’immeuble s’effondre. "Je ne pensais pas que ça prendrait autant de temps des descendre neuf étages à pied, même en courant. C’est une éternité quand ça tremble et ça fait peur", déclare Édouard Lepage. "C’est surtout étrange d’être dans une ville qu’on connait très bien et qu’on ne reconnait plus", conclut-il.