"Il y a des précautions à prendre pour les sauveteurs" : comment les secours peuvent s'organiser après le séisme au Mexique

Invité de franceinfo, Philippe Besson, président-fondateur des Pompiers de l'urgence internationale, explique quelles sont les méthodes de travail des secouristes après un tremblement de terre comme celui qui a frappé le Mexique.

Les secours à l\'œuvre à Mexico, après le tremblement de terre qui frapé le Mexique, le 19 septembre 2017.
Les secours à l'œuvre à Mexico, après le tremblement de terre qui frapé le Mexique, le 19 septembre 2017. (RONALDO SCHMIDT / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Après le séisme de magnitude 7,1 qui a touché le Mexique mardi 19 septembre, les habitants craignent d'éventuelles répliques et les secouristes doivent faire très attention. "Les bâtiments sont fragilisés et une réplique majeure est encore à craindre", a expliqué sur franceinfo Philippe Besson, président-fondateur des Pompiers de l'urgence internationale. Après un tremblement de terre, "il y a des précautions à prendre pour les sauveteurs".

franceinfo : Lorsque vous intervenez dans des situations de tremblement de terre comme celles-là, par où commence le travail ?

Philippe Besson : Le travail commence par les équipes locales de secours. Les premiers sauveteurs ont un rôle très important puisqu'ils doivent organiser les différents chantiers de recherche de victimes et donner la priorité aux victimes qui sont confirmées dans les différents bâtiments. Il existe des méthodes de triage de bâtiments qui nous permettent d'établir une priorité des sites : d'abord rechercher les victimes qui sont vivantes, ensuite faire un tri des autres bâtiments selon que les victimes peuvent être rapidement dégagées ou qu'elles nécessitent des moyens lourds pour les dégager.

Les secouristes sont-ils en danger sur place ?

Les bâtiments sont fragilisés et une réplique majeure est encore à craindre. Il y a des précautions à prendre pour les sauveteurs. Il y a des méthodes qui sont utilisées pour la surveillance des bâtiments lorsqu'on est en phase de recherche.

Les conduites de gaz, l'électricité, les matériaux inflammables sont-ils à risque ?

C'est un vrai danger pour les secouristes. Généralement, tous les sauveteurs qui s'engagent dans des structures effondrées sont tous équipés de détecteurs de gaz, voire de détecteur de radioactivité, différents appareils sont utilisés. De l'extérieur, on peut utiliser les télémètres laser qui permettent de surveiller les mouvements des bâtiments et de donner une alarme immédiate en cas de réplique ou de mouvement de bâti.

Avez-vous des équipements pour repérer des survivants ?

Nous avons dans notre équipe un scanner qui nous permet de scanner les différentes couches d'effondrement d'un bâtiment, soit derrière un mur, soit derrière des planchers qui se sont effondrés pour vérifier la présence de victime. On a rapidement la localisation de la victime avec la profondeur, ce qui nous permet de gagner du temps pour la sortir des décombres.