Pollution aux particules fines : la Commission européenne pourrait mettre la pression sur l'Italie

La Commission européenne pourrait rappeler à l'ordre l'Italie, mercredi, pour non-respect de la directive sur la qualité de l’air, alors que la pollution aux particules fines touche particulièrement le nord du pays. 

Milan, dans le brouillard ici en décembre 2016, a connu une météo défavorable depuis janvier 2017 et 27 jours de pollution aux particules fines 
Milan, dans le brouillard ici en décembre 2016, a connu une météo défavorable depuis janvier 2017 et 27 jours de pollution aux particules fines  (FABRIZIO DI NUCCI / NURPHOTO)
avatar
Mathilde ImbertyfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L’Italie risque un rappel à l’ordre de la part de la Commission européenne pour non-respect de la directive sur la qualité de l’air. Le pays ne ferait pas suffisamment pour réduire la pollution. Lors d'une réunion, mercredi 15 février, une procédure pourrait être ouverte pour dépassement des seuils de particules fines. La pression européenne survient alors que le nord du pays traverse un hiver particulièrement pollué.

Peu d'obligations sur une météo défavorable 

Depuis le 1er janvier dernier, le seuil de pollution aux particules fines a été dépassé à 27 reprises à Milan, alors que l’Europe autorise 35 jours de dépassement, mais sur une année entière. Le manque de vent et de pluie cet hiver a pénalisé la plaine du Pô bloquée de part et d’autre par les montagnes. Barbara Megetto, présidente de l’association environnementale Legambiente pour la région Lombardie, regrette la lenteur des mesures et leur manque d'ampleur. "Encore heureux que l’Europe existe pour nous rappeler qu’il faut mettre en place des politiques en faveur de la santé des citoyens", déclare-t-elle. "Les décisions sont trop lentes. Il a fallu six mois pour adopter un protocole d’urgence contre la pollution, et encore, il ne s’impose pas à toutes les communes", souligne Barbara Megetto.

Des mesures plus contraignantes en vue

Milan tente pourtant de montrer l’exemple. Un péage urbain est en place depuis cinq ans pour l'entrée dans le centre-ville. L’objectif à terme est d’éradiquer tous les diesel. L’adjoint municipal à l’environnement, Marco Granelli, estime que le péage a donné bons résultats, avec "une circulation réduite de 30%". Les projets de la ville passeront par l'intensification de "mesures structurelles" avec cette ambition : un objectif "zéro gazole et fioul, aussi bien dans les systèmes de chauffage que pour les voitures."

L'Italie au global détient toujours le record du nombre de décès prématurés à cause de la pollution. Il approche les 85 000 victimes chaque année.

Pollution aux particules fines : la Commission européenne pourrait mettre la pression sur l'Italie - un reportage de Mathilde Imberty
--'--
--'--