La pollution de l'air, "c'est un mort tous les trois jours" à Grenoble

Le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle a salué la mise en place d'un important dispositif anti-pollution à Paris dès janvier 2017. "La qualité de l'air, c'est une priorité, a réagi l'élu. C'est un mort tous les trois jours dans l'agglomération grenobloise".

La ville de Grenoble, le 14 mars 2014.
La ville de Grenoble, le 14 mars 2014. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle a salué sur franceinfo mercredi 30 novembre la mise en place d'un important dispositif anti-pollution à Paris dès janvier 2017. "La qualité de l'air, c'est une priorité, a réagi l'élu. C'est un mort tous les trois jours dans l'agglomération grenobloise".

"27 000 automobilistes ont déjà leur vignette. C'est énorme"

La mairie de Paris lance en effet mercredi 30 novembre une campagne d'information autour des vignettes anti-pollution, les vignettes "Crit'Air". À partir du 16 janvier 2017, elles seront obligatoires pour tous les véhicules circulant dans la capitale. Un dispositif du même genre est déjà en place à Grenoble, depuis le début du mois de novembre. "27 000 automobilistes ont déjà leur vignette. C'est énorme", s'est félicité Éric Piolle.  

Réduire la pollution de 37%

Pour la ville de Grenoble, "le dispositif est un peu différent de celui qui sera mis en place à Paris, mais le principe reste le même", a expliqué l'élu écologiste. "En cas de pic de pollution, cela fonctionne par échelon : au bout du cinquième jour, à peu près 8% du parc automobile est interdit de circulation (...) Au bout du septième jour, c'est 25% des véhicules qui ne peuvent plus circuler". Une restriction qui d'après Éric Piolle permet de réduire la pollution de l'air de 37%.

"Ce que ça vise, c’est surtout un changement de comportement, a conclu le maire de Grenoble. Réaliser que la qualité de l’air, c’est une priorité. C’est une priorité majeure de santé publique".