Pollution aux particules : trois questions sur la plainte contre X des associations en Ile-de-France

Plusieurs associations écologistes vont porter plainte pour mise en danger d'autrui, rapporte France Info, lundi 10 mars, après de nouveaux dépassements du seuil d'information.

L'objectif pour les associations est de "dresser l'ensemble de la chaîne de responsabilités".
L'objectif pour les associations est de "dresser l'ensemble de la chaîne de responsabilités". (MANUEL COHEN / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une première en France. Plusieurs associations ont décidé de déposer une plainte au pénal contre X pour mise en danger d'autrui, à cause de la pollution aux particules fines qui sape la qualité de l'air en Ile-de-France, rapporte France Info, lundi 10 mars.

L'alerte aux particules, le plus haut seuil de mise en garde, a été déclenché vendredi en Ile-de-France par l'agence de surveillance de qualité de l'air Airparif et la préfecture de police. Un dépassement du seuil d'information est encore attendu lundi. Francetv info se pose trois questions autour de cette plainte.

Qui porte plainte ?

"Il fallait donc que cela arrive. La société civile se rebiffe", annonce l'association écologiste Respire. Cet ONG a annoncé son intention de soutenir la plainte déposée mardi au pénal par l'association Ecologie sans frontière. Cette dernière est à l'origine de l'idée du Grenelle de l'environnement. Les deux associations sont également regroupées dans une structure, le Rassemblement pour la planète, qui doit s'associer à la plainte.

Pour quelles raisons ?

Les associations dénoncent l'immobilisme des pouvoirs publics pour lutter contre la pollution de l'air. "Le rapport Roussel, sur l'impact des pollutions d'origine automobile, a fait le lien entre particules fines et cancers, il y a maintenant plus de 30 ans", explique l'association Respire sur son site. "Mais (...) nos représentants politiques successifs ont laissé perdurer une situation inadmissible", s'indigne l'ONG, qui se plaint notamment d'une police de l'environnement en sous-effectif.

"Dès qu'il fait beau, dès qu'il fait sec en hiver, vous avez des pics de pollution, les urgences se remplissent. Les slogans et les petites manifs très gentils, ça ne suffit plus", renchérit le vice-président d'Ecologie sans frontière, Nadir Saifi. Pour mémoire, selon un rapport de 2005 (en anglais) de la Commission européenne, les particules fines tuent environ dix fois plus de personnes que les accidents de la route chaque année en France.

Quels sont les objectifs de cette plainte ?

Nadir Saifi rassure les automobilistes, ils ne sont pas visés par cette plainte. Il s'agit plutôt de s'attaquer "au trio mafieux Etat, constructeurs automobiles, pétroliers", confie-t-il au Figaro. L'objectif pour les associations, c'est de "dresser l'ensemble de la chaîne de responsabilités", ajoute Nadir Saifi. Le responsable d'Ecologie sans frontière réclame notamment "une vraie fiscalité incitative sur les voitures et carburants propres".

Pour les ONG, l'enjeu reste d'être entendu par la justice. Le Figaro rappelle qu'en 2001 une plainte d'Ecologie sans frontière avait été recalée. L'association avait attaqué plusieurs ministres du gouvernement Jospin en leur reprochant l'absence de normes antipollution efficaces.

En attendant l'issue de cette plainte, Francetv info vous livre quelques conseils pour vous protéger de cette pollution. Il est ainsi déconseillé de courir, de fumer ou de faire des travaux. A l'inverse, cela ne sert à rien de rester chez soi ou de porter un masque.