Haute-Savoie : la pollution, peut-être à l'origine d'une hécatombe dans un parc animalier

Quatorze animaux sont morts cet hiver, tous foudroyés par une pneumonie dans la commune de Merlet aux Houches. Aucun virus n'a été détecté. Les dirigeants du parc pointent du doigt les émissions de particules fines, très intenses dans le département.

Le parc animalier de Merlet aux Houches (Haute Savoie) a perdu onze mouflons et trois bouquetins (photo d\'illustration).
Le parc animalier de Merlet aux Houches (Haute Savoie) a perdu onze mouflons et trois bouquetins (photo d'illustration). (REINER BERNHARDT / PICTURE ALLIANCE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le parc animalier de Merlet aux Houches (Haute-Savoie) a perdu, cet hiver, le quart de ses animaux, selon France Bleu Pays-de-Savoie. Onze mouflons et trois bouquetins ont été victimes de mystérieuses pneumonies fulgurantes. La direction de la réserve pense que cette hécatombe pourrait être liée à la pollution de l'air.

Alors que l'ouverture au public du parc animalier doit avoir lieu le week-end prochain (le samedi 29 avril), les autopsies et les analyses sur les cadavres n'ont révélé aucune présence de virus. Il pourrait s'agir d'une épidémie bactérienne.

Un pic de pollution inédit

Cette épidémie pourrait être liée, selon la gérante du parc animalier, Claire Cachat, interviewée par France Bleu Pays-de-Savoie, aux épisodes successifs de pollution de l'air dans la vallée : "Nous n'avons pas trouvé l'origine de ces affections bactériennes, mais c'était tellement généralisé qu'il y a forcément eu quelque chose de global touchant tout le troupeau. Je ne peux penser qu'à la pollution, car c'est lors du pic que l'on a eu le plus de décès, mais scientifiquement on ne peut rien prouver".

La vallée de l'Arve a connu, en décembre et janvier dernier, un pic de pollution aux particules fines inédit par son ampleur et sa durée. Heureusement pour le parc qui héberge 70 animaux, les chamois, daims, cerfs et autres marmottes ont été épargnées.