CARTE. Voici les 500 villes les plus polluées du monde

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mardi 27 septembre de nouvelles données actualisées sur la pollution dans le monde. Franceinfo dresse le palmarès des villes les plus polluées.

avatar
Thomas BaïettoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Connaissez-vous la ville d'Onitsha ? Située sur les rives du Niger, cette ville portuaire du Nigeria est la plus polluée du monde, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé, actualisées mardi 27 septembre. Là-bas, le taux de PM10, des particules fines, est en moyenne 29 fois supérieure à la limite établie par l'OMS (593,7 µg/m3 contre 20). Elle devance de peu Peswhawar (Pakistan, 540 µg/m3) et Zabol (Iran, 527 µg/m3).

Au-delà de ce podium, la carte des 500 villes les plus polluées dessine celle des pays industriels et du charbon, avec la Chine (177 villes) et l'Inde (98) en tête d'affiche. En Europe, on tousse principalement en Silésie, une région de Pologne qui compte de nombreuses mines de charbon, source principale d'énergie dans le pays. Comme l'explique l'OMS, les centrales électriques au charbon sont une source importante de particules fines.

92% de la population mondiale respire un air trop pollué

Ces concentrations élevées - auxquelles il faut ajouter d'autres polluants comme les PM2.5, l'ozone ou le dioxyde d'azote - ont des effets sur la santé. "Quelque trois millions de décès par an sont liés à l’exposition à la pollution de l’air extérieur", explique l'OMS, qui estime que 92% de la population mondiale respire un air trop pollué.

L'air que l'on respire dans les pays non-représentés sur cette carte n'est pas forcément pur. En France, Pantin présente des concentrations de PM10 presque deux fois supérieures à la limite de l'OMS (36 µg/m3 contre 20). Au total, 114 villes françaises, dont Marseille (29µg/m3), Nice (29 µg/m3) ou Paris (28 µg/m3), présentent un taux de PM10 au-dessus de cette limite.

Méthodologie : Deux polluants figurent dans les données de l'OMS, les PM10 et les PM2.5. Plus fines, les secondes sont les plus dangereuses. Mais elles sont plus compliquées à mesurer. Conséquence, la moitié des taux moyens (1 395) de PM2.5 ne sont pas issues d'une mesure mais d'une conversion, opérée à partir du taux de PM10. Nous avons donc décidé d'utiliser les données PM10, plus fiables, pour comparer les villes entre elles.