Pic de froid : "Un épisode intense, mais pas exceptionnel"

Philippe Métayer, prévisionniste à Météo France, évoque pour franceinfo les précédents du pic de froid glacial attendu ce week-end sur le nord de la France. 

Vingt départements allant du Nord à l\'Eure-et-Loir et du Calvados aux Ardennes ont été placés en vigilance orange par Météo France, le 6 janvier 2017.
Vingt départements allant du Nord à l'Eure-et-Loir et du Calvados aux Ardennes ont été placés en vigilance orange par Météo France, le 6 janvier 2017. (FREDERICK FLORIN / AFP)
avatar
Propos recueillis parVincent MatalonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sol gelé, pluies verglaçantes... Le week-end du samedi 7 janvier s'annonce glacial dans le nord de la France. Au total, vingt départements allant du Nord à l'Eure-et-Loir et du Calvados aux Ardennes ont été placés en vigilance orange pour le verglas et la neige par Météo France. Dans la nuit de vendredi à samedi, le mercure pourra même tomber sous les -15°C dans l'Est.

Mais si intense qu'il soit, ce pic de froid n'est en rien exceptionnel. C'est ce qu'explique à franceinfo Philippe Métayer, prévisionniste chez Météo France.

Franceinfo : La vague de froid qui touche le nord de la France est-elle exceptionnellement longue ?

Philippe Métayer : Il s'agit plus d'un pic que d'une vague, puisque le phénomène doit durer environ deux jours avant qu'un redoux n'arrive. Une vague, à l'inverse, dure plusieurs semaines. Du point de vue de la durée, ce n'est donc pas du tout exceptionnel.

A titre d'exemple, lors de l'hiver le plus rigoureux du siècle dernier, en 1962-1963, les températures avaient été en-dessous des normales de saison de la fin du mois de novembre jusqu'à la fin du mois de mars ! Cela n'avait donc rien à voir avec le pic attendu ce week-end.

Je me souviens aussi de l'hiver 2005-2006. Il ne faisait pas forcément très froid, mais en dehors de périodes de redoux de quelques jours, on était là encore, entre novembre et mars, constamment sous les normales saisonnières.

Et en termes de températures, ce pic est-il hors norme ?

Non. Même si, dans l'Est, on pourrait atteindre les -15°C, ce genre de températures est relativement courant. En 2011, les habitants de la région rémoise ont ainsi eu droit à des températures allant de -10 à -15°C.

En remontant plusieurs décennies en arrière, on peut trouver des valeurs bien plus importantes. En 1985, à Paris, le mercure est descendu jusqu'à -17°C ! Il ne faut pas s'attendre à ce que des records de froid soient battus ce week-end, car dès demain, le temps se radoucira par le nord-ouest.

L'épisode qui a commencé est court, intense, mais pas exceptionnel.

A quoi peut-on s'attendre dans les prochains jours ?

Dès dimanche, on restera en dessous des normales saisonnières, mais les températures seront moins rudes. La semaine prochaine, on reviendra à un temps plus habituel pour la saison.

Mais attention, l'hiver ne fait que commencer ! On peut s'attendre à des périodes de froid assez marquées en février ou en mars, même si, en général, les périodes les plus froides sont regroupées entre le 15 décembre et le 15 février.

Tout cela sera conditionné par les phénomènes venus du pôle Nord ou de Russie. A l'heure actuelle, on attend jusqu'à -20°C dans certains pays d'Europe centrale. Mais heureusement, cela ne se dirige pas vers la France.