Seuls les engins de chantier ont désormais accés à la grotte. Des tonnes et des tonnes de boue à évacuer. Et la basilique souterraine a disparu sous les eaux.

Les rares touristes - désabusés - sont tenus à l'écart comme cet Australien qui dit avoir dépensé beaucoup d'argent pour ce voyage et se résigne à rentrer chez lui.

La réouverture du site au public est inenvisageable dans un futur proche, du moins dans sa totalité. Thierry Castillo - économe des sanctuaires de Lourdes - estime dors et déjà les travaux de remise en état à plusieurs millions d'euros, et le manque à gagner à plusieurs centaines de milliers.

Les hôteliers de la ville sont eux aussi résignés et amers, la haute saison est sérieusement compromise. La ville accueille normalement 6 millions de visiteurs chaque année. 

Les experts en assurance sont déjà sur les lieux aurprès des sinistrés pour évaluer les préjudices. Ils parlent déjà de plusieurs dizaines de millions d'euros. 



Les sanctuaires de Lourdes (Hautes-Pyrénées) partiellement inondés par le débordement du gave, le 18 juin 2013.
Les sanctuaires de Lourdes (Hautes-Pyrénées) partiellement inondés par le débordement du gave, le 18 juin 2013. (LAURENT DARD / AFP)