Comment la région parisienne s'entraîne à faire face à une crue centennale

Une maison de retraite va être évacuée, des stations de métro murées… Pendant dix jours, des manœuvres nécessaires en cas de crue majeure vont être menées.

La Seine sous le pont de l'Alma, à Paris, le 7 mai 2015.
La Seine sous le pont de l'Alma, à Paris, le 7 mai 2015. (STEPHANE ROUPPERT / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'Ile-de-France les pieds dans l'eau.  Du 7 au 18 mars, la préfecture de police organise un exercice inédit de gestion de crise appelé Sequana, simulant une crue majeure, avec des exercices de terrain. La référence en termes de crue centennale reste celle de 1910.

>> CARTE. Risque de crue centennale en Ile-de-France : découvrez si votre rue est menacée

Le terme "centennal" ne signifie pas que la crue revient tous les cent ans, mais qu'elle a une chance sur cent de se produire chaque année"Une crue centennale sur le même niveau d'élévation du fleuve qu'en 1910, en Ile-de-France, se traduirait par 500 km² de territoire sous l'eau, 830 000 habitants résidant en zone inondable et plusieurs millions d'habitants dont les conditions de vie seraient dégradées", selon le préfet de police Michel Cadot : électricité coupée, chauffage défaillant, réseau téléphonique inutilisable…

Francetv info fait le point sur ce que prévoit l'exercice européen Sequana 2016.

Des moyens exceptionnels

L'opération se déroule dans cinq départements franciliens (Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Yvelines) avec 900 sauveteurs, 150 membres des forces de police, 40 véhicules de sécurité civile, dont 20 véhicules lourds, et quatre hélicoptères.

Quatre pays européens, l'Italie, l'Espagne, la Belgique et la République tchèque, vont y participer avec leurs propres moyens de secours.

Des évacuations, des stations de métro murées…

La RATP va quitter son siège, qui se trouve en zone inondable quai de la Rapée (12e arrondissement), et va murer les stations de métro Sully-Morland et Invalides, relaie France Bleu.

Samedi 12 mars, à Valenton (Val-de-Marne), une simulation d'évacuation d'une maison de retraite aura lieu. A Saint-Denis, des personnes seront évacuées par hélicoptère. A Limay (Yvelines), ce sera une opération de dépollution. Différents sauvetages, comme celui d'une péniche accidentée, seront menés au bassin de la Villette, à Paris.

Une cellule de crise activée

Le lancement des opérations a lieu lundi matin à la Maison de la radio en présence du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et du préfet de police de Paris, Michel Cadot. A partir de cet instant, le scénario prévoit une montée des eaux quotidienne de 50 cm pour atteindre le niveau de la crue de 1910, soit plus de 8 mètres, vendredi.

Au troisième jour, la cellule de crise est activée. Au fur et à mesure que l'eau monte, la situation s'aggrave : les transports sont perturbés, les rats fuient les sous-sols inondés, l'eau s'infiltre dans les hôpitaux… Des exercices sont organisés dans les collectivités, les administrations mais aussi EDF, la SNCF, Total, Veolia. En tout, 87 partenaires publics et privés sont mobilisés, rappelle Libération

Une information au grand public

La station France Bleu 107.1 diffusera des flashs d'information fictifs. Le week-end des 12 et 13 mars, au pic de la crue, les exercices de terrain seront accompagnés d'informations au grand public. Des ateliers de prévention et des exhibitions de matériel opérationnel auront lieu au Champs de Mars, dimanche.

D'ores et déjà, la mairie de Paris donne quelques conseils aux particuliers sur son site : avoir des lampes électriques et une radio à piles, couper l'électricité et le gaz ou encore se tenir prêt à évacuer son domicile avec ses papiers d'identité à la demande des autorités.