Céréales : mauvaises moissons dans la Beauce

Des moissons catastrophiques, les pires de l'après-guerre en Ile-de-France. C'est la crainte des agriculteurs après les importantes inondations du printemps.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

France 3 est allée à 30 kilomètres au nord d'Orléans, en pleine Beauce, une région particulièrement touchée par les inondations du printemps et le manque d'ensoleillement qui a suivi. La moisson bat son plein. Pour les céréaliers, c'est l'heure de vérité. Personne n'attendait une bonne récolte, mais tout le monde espérait secrètement que les plantes pourraient se ressaisir. À vue d'œil, les blés sont murs, dorés à souhait, mais en observant les épis, Patrick Durand ne peut que constater les dégâts.

Une moisson 2016 qui arrive derrière deux mauvaises années

"Pas un seul grain de commercialisable dans cet épi. Tout ce qui n’est pas bon ne sera pas payé", se désole le président de la coopérative de Boisseaux. D'habitude, les rendements sont ici de 80 quintaux par hectare. Cette année, ils seront à peine de 40. Il faudra en plus effectuer un tri pour ne récolter que des petits grains. La situation est inhabituelle aussi pour les meuniers. 15% seulement du blé français est destiné à cette filière. Aucune menace donc sur les approvisionnements, mais les meuniers vont devoir user de tout leur savoir-faire pour obtenir des farines de qualité. Aucune conséquence sur les consommateurs, seuls les céréaliers vont en pâtir. Cette moisson 2016 arrive derrière deux mauvaises années.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une moissoneuse-batteuse dans un champ de blé dans l'Allier.
Une moissoneuse-batteuse dans un champ de blé dans l'Allier. (BERNARD JAUBERT / ONLY FRANCE / AFP)