Le réchauffement climatique va rallonger la durée des vols transantlatiques

La traversée entre l'Europe et l'Amérique du Nord coûtera donc plus cher et sera plus polluante.

Un avion décolle de l'aéroport John F. Kennedy, à New York, le 25 mai 2015.
Un avion décolle de l'aéroport John F. Kennedy, à New York, le 25 mai 2015. (TREVOR COLLENS / AFP)

Mis à jour le , publié le

C'est une conséquence surprenante du réchauffement climatique : les vols entre l'Europe et l'Amérique du Nord seront plus longs, selon une étude britannique publiée mercredi 9 février. En cause, l'accélération du jet-stream, un courant d'air qui souffle de l'Ouest vers l'Est au-dessus de l'Atlantique.

"Les vols vers l'Ouest auront à affronter des vents de face plus forts", souligne l'étude, publiée dans la revue Environmental research letters. Les vols vers l'Est seront en revanche "portés par des vents arrière plus forts". L'aller-retour entre les deux continents sera malgré tout plus long qu'aujourd'hui, car la perte de temps ne sera jamais totalement compensée.

Plus de pollution et de turbulences

Et les conséquences négatives de cette tendance ne se limiteront pas au temps que vous devrez passer coincé dans un avion. "Cela aura pour effet d'augmenter les frais de carburant, ce qui potentiellement peut provoquer une hausse des billets d'avion et aggravera l'impact écologique des vols", explique Paul Williams, de l'Université de Reading (Royaume-Uni).

L'étude britannique est fondée sur l'hypothèse que la concentration de CO2 dans l'atmosphère sera multipliée par deux par rapport au niveau pré-industriel, ce qui devrait arriver dans les prochaines décennies. Les vols Londres-New York auraient alors deux fois plus de chances de dépasser les 7 heures. Selon une autre étude menée par Paul Williams, le réchauffement climatique entraînera aussi une hausse des turbulences en avion.