Le gouvernement accorde un sursis aux centrales à charbon

Le ministre du budget Christian Eckert a annoncé dans la nuit du jeudi au vendredi 21 octobre que le gouvernement renonçait à instaurer une "taxe charbon" à partir de 2017.

La centrale EDF de Cordemais en Loire-Atlantique
La centrale EDF de Cordemais en Loire-Atlantique (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Déception pour les associations environnementales. Le gouvernement ne taxera pas dès 2017 la production d'électricité à partir du charbon. Dans la nuit du jeudi au vendredi 21 octobre, lors du débat sur le projet de budget pour l'an prochain à l'Assemblée nationale, le ministre Christian Eckert a annoncé renoncer à cette mesure, qui devait être intégrée sous forme d'un amendement.

Le gouvernement recule sur une promesse de la COP21

Cette "taxe charbon" aurait rendu de plus en plus chère l'électricité produite par les cinq centrales françaises... et aurait enclenché la fin programmée de ces structures aux émissions très polluantes. Craignant les pertes en matière d'emploi, la CGT Mines-Énergies et la CGT Port et Docks avaient organisé des manifestations jeudi 20 octobre à Saint-Nazaire, au Havre ou encore à Marseille.

Le gouvernement abandonne ainsi une promesse environnementale qu'il avait portée lors de la COP21 fin 2015 et lors de la conférence environnementale d'avril dernier. 

On peut se demander si ce n'était pas seulement de l'affichage au moment de la COP21

Célia Gautier du Réseau action climat

sur franceinfo, le 21 octobre 2016

Célia Gautier, porte-parole du Réseau action climat, se demande "si le gouvernement était vraiment sérieux dans la volonté de mettre en place un plan de taxe carbone et de fermeture des centrales. C'est pourtant une mesure indispensable pour appliquer l'accord de Paris sur le climat. Un plan de fermeture aurait permis aux personnes qui travaillent dans ces centrales de retrouver un emploi. Mais le gouvernement ne l'a pas fait", réagit-elle au micro franceinfo d'Anne-Laure Barral.

Pour les associations de défense de l'environnement, ce report est d'autant plus symbolique que la COP22 se tiendra au Maroc dès le mois prochain, du 7 au 18 novembre. La promesse d'une "taxe charbon" risque fort de ne plus revenir sur la table d'ici l'élection présidentielle de 2017.

Un sursis pour les centrales à charbon : les explications d'Anne-Laure Barral

00:00-00:00

audio
vidéo