Face à la "polémique", Laurent Fabius renonce à la présidence de la COP21

Une polémique enflait depuis quelques jours sur le sujet, alors que l'ancien chef de la diplomatie française doit prendre la présidence du Conseil constitutionnel.

Laurent Fabius s'exprime lors d'un débat sur les suites de la COP21, le 20 janvier 2016, au Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin).
Laurent Fabius s'exprime lors d'un débat sur les suites de la COP21, le 20 janvier 2016, au Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin). (FREDERICK FLORIN / AFP)

Mis à jour le , publié le

Il espérait conserver sa casquette de "monsieur COP21". L'ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé, lundi 15 février, dans une lettre adressée à François Hollande, qu'il renonçait finalement à son poste de président de la 21e conférence sur le climat.

"Vous m'avez fait l'honneur de me pressentir pour présider le Conseil constitutionnel et je vous en remercie vivement, écrit-il dans sa lettre. A mon sens, il n'existe pas d'incompatibilité avec la présidence de la dernière phase de la COP21. Pour autant, compte tenu du début de polémique interne sur ce sujet, je juge préférable de vous remettre mon mandat de président de la COP."

Remplacé par Ségolène Royal ?

Une polémique enflait depuis plusieurs jours sur le sujet, alors que Laurent Fabius doit prendre prochainement la présidence du Conseil constitutionnel. A la faveur du remaniement, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a hérité du titre de ministre chargée des Relations internationales sur le climat et a fait part de son intention de "reprendre la totalité de l'application de l'accord de la COP21".

Lundi matin, le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon, a jugé "inimaginable" que Laurent Fabius cumule les deux casquettes. "La bonne gouvernance implique que les pouvoirs dans la République soient absolument incontestables, a-t-il affirmé, sur i-Télé. Le Conseil constitutionnel, c'est au-dessus de tous les pouvoirs, ça ne peut pas avoir des missions qui relèvent de l'exécutif."

La tâche de président de la COP21 consiste à veiller à la préparation de la mise en œuvre de l'accord de Paris et à la transition vers la COP22, qui sera organisée par le Maroc, en novembre.