Fin de production d’hydrocarbures : ces villages qui grincent des dents

La France devient le premier pays à décider la fin de la production d’hydrocarbures. Une décision actée ce mercredi 6 septembre en conseil des ministres et qui a des conséquences dans deux zones d’exploitation, la Gironde et la Seine-et-Marne 

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elles ont fleuri dans toute la Seine-et-Marne : une centaine de pompes puisent du pétrole à 2 000 mètres sous terre et contribuent à la richesse des villages. Comme à Vaudoy-en-Brie : 900 habitants, un seul commerce et 180 000 euros de redevance. Ici, la fin du pétrole français en 2040 est plutôt mal accueillie, comme l’explique la maire Béatrice L’Écuyer : "Ce serait une vraie catastrophe, parce qu’en période de baisse de dotation ce serait vraiment très difficile. On a plusieurs projets à mener à bien et si on perd ce montant pour nous c’est catastrophique."

Se passer de la manne pétrolière

15 % du budget communal vient du pétrole : "C’est l’équivalent de la masse salariale de la mairie. On a aussi 40 km de voirie à entretenir", rappelle Isabelle Larmurier, présidente de la commission des finances. Tout près d’ici, un autre village va devoir apprendre à se passer de la manne pétrolière dans 23 ans. Ce n’est pas demain, mais tout de même, 150 salariés dans le pétrole, c’est bon pour le commerce.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vermilion, premier producteur de pétrole en France, est présent dans les Landes et en Ile-de-France. Ci-contre, le site d\'Andrezel, en Seine-et-Marne. 
Vermilion, premier producteur de pétrole en France, est présent dans les Landes et en Ile-de-France. Ci-contre, le site d'Andrezel, en Seine-et-Marne.  (ANNE-LAURE BARRAL - FRANCE INFO)