A deux mois de la COP21, le gouvernement délivre des permis pétroliers en Seine-et-Marne

Plusieurs élus écologistes dénoncent l'attribution par le gouvernement d'un permis de recherches d'hydrocarbures dans ce département francilien.

Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, à la sortie du Conseil des ministres, le 30 septembre 2015.
Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, à la sortie du Conseil des ministres, le 30 septembre 2015. (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Mieux vaut tard que jamais ? A deux mois de la grande conférence environnementale COP21 à Paris, Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont cosigné un arrêté en date du 21 septembre, accordant "un permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures (...) à la société Vermilion pour une durée de quatre ans", selon le texte publié au Journal officiel. La surface définie se trouve en Seine-et-Marne, et mesure environ 120 km2.

Des risques sismiques

Cette décision provoque l'ire des élus écologistes du conseil régional d'Ile-de-France : "Quatre nouvelles plateformes et une trentaine de nouveaux puits sont ainsi rendus possibles autour de Jouy-le-Châtel (Seine-et-Marne) à deux mois à peine de la Conférence mondiale sur le climat", déplorent-ils dans un communiqué.

Selon eux, les responsables de la société Vermilion, acteur majeur de l'extraction des gaz de schiste au Canada, "ne cachent pas leur intention d'utiliser à terme la fracturation hydraulique qui fait des ravages environnementaux dans le monde entier, (...) avec des effets sismiques démultipliés".

Quatre autres autorisations accordées en France

"En plus des risques de pollution immédiate, tous les experts du climat nous disent que si nous voulons gagner la lutte contre le dérèglement climatique, il faut laisser les hydrocarbures dans les sous-sols", souligne Mounir Satouri, président du groupe et directeur de campagne de la candidate écologiste aux régionales Emmanuelle Cosse. "Madame Royal ne peut tirer le signal d'alarme du dérèglement climatique d'une main et ouvrir les vannes de l'exploration des gaz de schiste de l'autre main."

Outre ce permis en Seine-et-Marne, quatre autres autorisations ou prolongations de permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures ont été octroyées par le gouvernement : en Moselle, dans le Bas-Rhin, dans la Marne et à l'île Juan de Nova, située dans le canal du Mozambique.