COP 23 : l'année 2017 devrait être la plus chaude jamais enregistrée en l'absence du phénomène El Nino

Sous l'effet d'un puissant Nino, 2016 devrait conserver son statut d'année la plus chaude. Mais l'année 2017 pourrait prendre la deuxième place du podium.

La rivière Bibei asséchée, dans le nord-ouest de l\'Espagne, le 27 octobre 2017.
La rivière Bibei asséchée, dans le nord-ouest de l'Espagne, le 27 octobre 2017. (MIGUEL RIOPA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'année 2017 devrait être la plus chaude jamais recensée, hors des années où nous avons connu le phénomène El Nino. C'est ce qu'indique le bilan de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), publié lundi 6 novembre, à l'occasion de la 23e Conférence climat de l'ONU qui se tient à Bonn (Allemagne).

Sous l'effet d'un puissant Nino, 2016 devrait conserver son statut d'année la plus chaude. Tous les trois à sept ans, ce phénomène vient affecter températures, courants marins et précipitations. Les années 2015, également traversé par ce phénomène météorologique, et 2017 se disputent la deuxième et la troisième place du podium.

"La marque du changement climatique"

Signal encore plus net d'un réchauffement climatique de fond : les années 2013 à 2017 sont bien parties pour constituer la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, note l'agence de l'ONU dans ce bilan provisoire pour l'année. Marquée par des événements extrêmes record, 2017 a aussi vu des ouragans d'une intensité inédite dans les Caraïbes et dans l'Atlantique. Des pics à plus de 50°C en Asie, une sécheresse durable en Afrique de l'Est...

"Nombre de ces phénomènes portent indiscutablement la marque du changement climatique causé par l'augmentation des concentrations de gaz à effet de serre engendrés par les activités humaines, a expliqué le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué. Les trois dernières années sont les plus chaudes qui aient jamais été enregistrées et s'inscrivent dans la tendance au réchauffement à long terme de la planète."