Et voilà, c'est reparti. A peine avait-on digéré les températures polaires du début de l'année que l'été est là. Il suffit de regarder la carte météo du mercredi 30 mai : du soleil sur tout l'Hexagone ou presque, et des températures plus qu'agréables. Et ça risque de continuer : après un passage nuageux, le week-end devrait être estival.

Conséquence : des centaines de ravis se sont mis à déambuler dans les parcs, prendre le soleil dans le jardin, boire un verre en terrasse, pique-niquer... FTVi a pensé a tous ceux à qui le beau temps ne fait ni chaud ni froid et leur livre cinq excuses pour ne pas mettre le nez dehors. 

N°5 : "Je ne peux pas, il y a Roland-Garros à la télé (et sur le web)"

Un grand classique. Comme chaque année, la porte d'Auteuil attire les amateurs de tennis, mais pas seulement. Depuis dimanche 27 mai, il vous suffit de prétexter une passion subite pour les performances de Paul-Henri Mathieu, de Marion Bartoli ou de Michaël Llodra pour passer des journées entières devant un écran.

Pour avoir l'air tout à fait au point côté tennis, voici l'enjeu principal du tournoi. Si le numéro 1 mondial, Novak Djokovic, l'emporte dimanche 10 juin, il aura bouclé un Grand Chelem, c'est-à-dire les quatre titres majeurs enchaînés entre 2011 et 2012 : Wimbledon, l’US Open, l’Open d’Australie et Roland-Garros. Cela constituerait une première depuis 43 ans, tout de même.

Pour les accros, tous les matchs sont diffusés en direct sur le site francetvsport. La parade idéale pour ne pas voir un rayon de soleil.

N°4 : "Désolé, je dois finir Diablo III et Max Payne 3"

Deux blockbusters du jeu vidéo sont disponibles depuis peu : Diablo III, sur PC et Mac, et Max Payne 3, sur consoles et PC. Le premier, qui a connu le meilleur démarrage de l'histoire du jeu vidéo sur ordinateur, a de quoi vous scotcher de longues heures, notamment en multijoueurs. Gage de qualité, son éditeur, Blizzard, est également à l'origne des franchises Starcraft et Warcraft.

 

Si vous êtes davantage portés sur les gros calibres, le dernier opus de Max Payne devrait vous fournir une bonne raison de préférer votre canapé aux bancs publics. Neuf ans après la sortie du numéro 2, l'action se déroule cette fois à São Paulo, au Brésil. Et, comme dans les années 2000, les critiques sont excellentes.

  

N°3 : "C'est bête, mais je dois préparer l'Euro de foot"

Attendu par tous les amateurs de ballon rond, l'Euro de football ne débute que le 8 juin. Heureusement, rien n'empêche de se servir de cette excuse dès maintenant pour rester chez soi. Les équipes qualifiées pour la compétition profitent en effet de cette période pour se préparer en jouant des matchs amicaux contre des équipes qui n'en seront pas. 

Certes, ça n'est pas franchement palpitant en termes d'enjeux, mais vous pouvez toujours prétexter vouloir travailler vos paris sportifs en observant les équipes à l'avance. Mercredi, une affiche un rien déséquilibrée vous attend entre l'Espagne et la Corée du Sud. Les Bleus, eux, doivent jouer jeudi contre la Serbie et contre l'Estonie le 5 juin.

N°2 : "J'aimerais bien, mais je vais voir 'Prometheus' au ciné"

Autre excuse socialement acceptable pour ne pas travailler son bronzage : aller au cinéma. Et en cette fin de mois de mai, c'est encore plus facile que d'habitude puisqu'un film très attendu atterrit dans les salles françaisesPrometheus, réalisé le Britannique Ridley Scott (Blade Runner, Thelma et Louise, Gladiator...), se déroule dans l'univers de la saga Alien et raconte les aventures d'une expédition scientifique partie à la recherche de civilisations disparues.

 

L'inconvénient reste que le film ne dure que deux heures. Mais rien n'empêche de s'enfermer plus longtemps en regardant les précédents films de la saga.

N°1 : "Mon devoir de citoyen d'abord !"

Enfin, si vous ne voulez vraiment pas mettre le nez dehors, vous pouvez toujours vous plonger dans l'actualité et dans la campagne des élections législatives. Bon d'accord, à première vue, ça n'est pas très réjouissant : nous sortons tout juste d'une longue campagne présidentielle, les candidats sont souvent méconnus, et la mise en place du quinquennat ne renforce pas l'intérêt du scrutin.

Mais l'effort vaut le coup, comme nous l'expliquons ici. Outre le fait que certains ténors (François Bayrou, Jack Lang...) sont menacés, les résultats pourraient faire la pluie et le beau temps en politique pour les années à venir.