La compagne de Fabius succède à Baylet, son ex-mari, à la tête du groupe La Dépêche du Midi

Nommé ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, le président du Parti radical de gauche a laissé sa place à la tête du groupe de presse, tout en restant l'actionnaire principal.

Marie-France Marchand-Baylet et son compagnon Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, le 28 août 2015 à La Celle-Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). 
Marie-France Marchand-Baylet et son compagnon Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, le 28 août 2015 à La Celle-Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

Jeu de chaises musicales en famille après le remaniement. Jean-Michel Baylet, nommé ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, cède son fauteuil à la tête du groupe de presse La Dépêche du Midi à son ex-femme, Marie-France Marchand-Baylet, par ailleurs compagne de Laurent Fabius, ex-ministre des Affaires étrangères. C'est ce qu'a rapporté l'agence Presse News, vendredi 12 février. 

Le président du Parti radical de gauche était jusqu'alors le propriétaire et le PDG de ce groupe de presse. Selon le Journal du dimanche, il se met en retrait de sa fonction exécutive, tout en restant l'actionnaire principal, pour éviter tout conflit d'intérêt. 

Un éditorial controversé sur le remaniement

Selon l'agence Presse News, Marie-France Marchand-Baylet a donc été nommée présidente du 4e groupe de presse régionale, qui détient notamment La Dépêche du Midi, Midi Libre et Centre Presse. Jusqu'à présent, elle en présidait le comité financier et le pôle magazines.

L'indépendance du quotidien a été récemment remise en cause dans les médias, après un éditorial enthousiaste, paru le 12 février, saluant le remaniement effectué par François Hollande (et la nomination de Baylet en tant que ministre), alors que le reste de la presse se montrait critique. Le rédacteur en chef de La Dépêche du Midi, Jean-Claude Souléry, y vante le "sang-froid" d'un François Hollande qui "ne se dérobe pas" devant le chômage et "réussit la meilleure synthèse à gauche possible"

Interrogé sur ce point ce mercredi 17 février, Jean-Michel Baylet a jugé sur RTL qu'il s'agissait d'une "polémique assez pitoyable". "Les journalistes ont jugé ce remaniement comme ils l'entendent", a assuré le ministre. 

Voir la vidéo