Plainte de l'UFC contre Free Mobile pour "pratiques commerciales trompeuses"

L'UFC-Que Choisir a annoncé jeudi qu'elle a porté plainte contre Free Mobile pour "pratiques commerciales trompeuses", à l'issue d'une étude sur la qualité de service de l'opérateur. L'association de consommateurs considère qu'il existe "un réel problème de qualité" et que Free Mobile "ne respecte pas son contrat avec les consommateurs".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
avatar
Clara BeaudouxRadio France

Mis à jour le
publié le

Un an après son arrivée avec fracas sur le marché, la qualité technique du réseau 3G de Free Mobile n'est toujours pas au rendez-vous, selon l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. Elle a donc décidé de porter plainte contre le quatrième opérateur français, pour "pratiques commerciales illégales".

"L'étude démontre qu'il existe un réel problème de qualité de service pour les offres de Free Mobile. Ces problèmes affectent très clairement les usages si bien qu'il ne paraît pas abusif de dire que Free Mobile ne respecte pas son  contrat avec les consommateurs ", a indiqué l'association de consommateurs. "On ne recrute 5 millions d'abonnés qu'avec un service au meilleur niveau,  surtout avec des offres au meilleur niveau ! ", se défend pour sa part le patron de Free, Xavier Niel, dans une interview au Figaro de jeudi.

"Décourager la consommation de données pour éviter de payer à Orange une trop grande quantité de données" (UFC-Que Choisir)

Sur son site Internet, l'association pointe plusieurs problèmes "d'une ampleur inattendue " qui concernent le réseau Free Mobile en itinérance. Elle dénonce par exemple des taux de non qualité (TNQ) "stupéfiants" en ce qui concerne le chargement des vidéos YouTube ou Dailymotion, l'écoute de musique en streaming ou le téléchargement d'une application. En août déjà, des internautes constataient ces lenteurs.

L'association en déduit qu'il existe des restrictions sur ces services. "Tous les éléments semblent indiquer que Free Mobile agit de manière à décourager la consommation de données pour éviter de payer à Orange une trop grande quantité de données ", conclut l'association. 

Free a signé un accord d'itinérance avec Orange-France Télécom pour utiliser une partie de son réseau 2G et 3G le temps qu'il complète sa propre  infrastructure.